Russie : pour l'Otan, les violations de l'espace aérien turc sont "extrêmement dangereuses" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Le secrétaire d'Etat américain John Kerry a quant à lui déclaré que les avions russes ont pris le risque d'être abattus.
Le secrétaire d'Etat américain John Kerry a quant à lui déclaré que les avions russes ont pris le risque d'être abattus.
©Reuters

Mise en garde

Russie : pour l'Otan, les violations de l'espace aérien turc sont "extrêmement dangereuses"

L'Otan a également appelé la Russie à "cesser ses attaques contre l'opposition syrienne et les civils".

Le secrétaire général de l’Otan, Jens Stoltenberg, s'est indigné ce lundi des "violations inacceptables de l’espace aérien turc par des avions de combat russes", survenues après des incidents entre des appareils russes et turcs à la frontière turco-syrienne. "J'appelle la Russie à pleinement respecter l'espace aérien de l'Otan et à éviter une escalade des tensions avec l'Alliance" a-t-il déclaré.

L'Otan a également appelé la Russie à "cesser ses attaques contre l'opposition syrienne et les civils". Le secrétaire d'Etat américain John Kerry a quant à lui déclaré que les avions russes ont pris le risque d'être abattus. 

L’Alliance atlantique, dont les représentants des 28 pays se sont réunis en urgence ce lundi à Bruxelles, a également fait part d'une "grave préoccupation" après les frappes aériennes menées par la Russie en Syrie, notamment à Hama, Homs et Idlib, 

L'Alliance atlantique estime que ces frappes "ont fait des victimes civiles et ne visaient pas l’Etat islamique". "Les Alliés appellent la Fédération de Russie à immédiatement cesser ses attaques contre l’opposition syrienne et les civils" exigent les 28 pays dans un texte commun. 

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !