Rumeurs de remaniement : les femmes principales victimes, Royal à l’Intérieur ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Rumeurs de remaniement : les femmes principales victimes, Royal à l’Intérieur ?
©

Parité en danger

Rumeurs de remaniement : les femmes principales victimes, Royal à l’Intérieur ?

Le Canard enchaîné affirme que Pierre Moscovici et Vincent Peillon seraient aussi menacés…

Les rumeurs vont bon train depuis quelques jours au sujet d’un éventuel remaniement ministériel. A commencer par le Premier ministre Jean-Marc Ayrault qui doit sans cesse démentir son départ au profit de Manuel Valls, qui reste populaire malgré une chute dans les sondages. Mais d’après Le Canard enchaîné, ce sont les femmes qui seraient les principales victimes de ce remaniement. Ainsi, dix femmes sur les dix-huit actuelles pourraient être en danger. Parmi elles, on retrouverait la ministre de la Culture, Aurélie Filippetti. Marylise Lebranchu, à la Réforme de l'Etat, Yamina Benguigui à la Francophonie, Dominique Bertinotti, ministre de la Famille voire Nicole Bricq pour le Commerce extérieur) seraient sur la sellette.

Si bon nombre de femmes ministres pourraient quitter le gouvernement, ils ne sont que quatre hommes à être en danger. Le ministre de l’Economie, Pierre Moscovici serait dans la liste noire au même titre que le ministre de l’Education Vincent Peillon, le ministre des Transports Frédéric Cuvilier et celui des Anciens combattants, Kader Arif.

Par ailleurs, Ségolène Royal serait pressentie pour intégrer le gouvernement. Depuis la rupture de François Hollande avec Valérie Trierweiler, elle serait bien placée pour avoir un porte-feuille ministériel. Si Manuel Valls devait rejoindre Matignon, l’ancienne candidate à l’élection présidentielle pourrait prendre le ministère de l’Intérieur pour 19% des Français interrogés par l’institut pour Paris Match.

Lu sur Metro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !