Royaume-Uni : un tas de documents "secret défense" découvert derrière un arrêt de bus | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Défense
Le HMS Defender a été visé par des tirs de semonce russes, mercredi, près de la Crimée.
Le HMS Defender a été visé par des tirs de semonce russes, mercredi, près de la Crimée.
©Seyran BAROYAN / AFP

La boulette

Royaume-Uni : un tas de documents "secret défense" découvert derrière un arrêt de bus

Ces documents classifiés proviennent du bureau d'un haut fonctionnaire du ministère de la Défense.

Des documents classifiés du ministère de la Défense britannique ont été trouvés à un arrêt de bus dans le Kent, révèle la BBC ce dimanche 27 juin. 

Selon la BBC, une partie des documents traite de la réaction probable de la Russie au passage du navire HMS Defender dans les eaux ukrainiennes au large de la Crimée mercredi. Un autre détaille les plans d'une éventuelle présence militaire britannique en Afghanistan après la fin de l'opération de l'OTAN menée par les États-Unis dans ce pays.

Un porte-parole du ministère de la Défense a déclaré qu'un employé avait signalé la perte de documents sensibles relatifs à la défense, ajoutant. "Le ministère de la Défense a été informé (...) d'un incident dans lequel des documents sensibles relatifs à la défense ont été retrouvés par un membre du public", a indiqué ce porte-parole. "Le ministère prend la sécurité des informations extrêmement au sérieux et une enquête a été lancée", a-t-il ajouté. 

La personne ayant découvert ces documents a contacté la BBC lorsqu'il s'est rendu compte de la nature sensible du contenu.

La BBC pense que les documents, qui comprennent des courriels et des présentations PowerPoint, proviennent du bureau d'un haut fonctionnaire du ministère de la Défense (MoD).

Les documents relatifs au destroyer Type 45 de la Royal Navy, HMS Defender, montrent que ce passage en mer Noire, au large de la Crimée, qui a été présenté par le gouvernement comme "un passage innocent dans les eaux territoriales ukrainiennes" a été menée dans l'attente d'une éventuelle réponse agressive de la Russie . La mission, baptisée "Op Ditroite", a fait l'objet de discussions de haut niveau jusqu'à lundi, selon les documents, les responsables spéculant sur la réaction de la Russie si le HMS Defender naviguait près de la Crimée. Un autre itinéraire du navire a été envisagé, afin de rester à bonne distance des eaux contestées, mais cette solution risquait d'être présentée par la Russie comme la preuve que "le Royaume-Uni a peur/se défile", indique la présentation. 

BBC

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !