Roselyne Bachelot, opposée au pass sanitaire pour les lieux de culture, annonce un concert-test dans une quinzaine de jours | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Roselyne Bachelot
Roselyne Bachelot
©Capture d'écran RMC/BFMTV

Coronavirus

Roselyne Bachelot, opposée au pass sanitaire pour les lieux de culture, annonce un concert-test dans une quinzaine de jours

La ministre de la Culture souligne que c'est une opération extrêmement coûteuse

Interrogée, vendredi matin, sur RMC/BFMTV à propos des concerts-tests, Roselyne Bachelot répond : "Les concerts tests sont des concerts expérimentaux qui demandent un partenaire scientifique et un partenaire culturel. Ce sont des entreprises qui sont extrêmement couteuses. Par exemple, le concert qui est en préparation à l'Accor Arena est piloté par le ministre de la Santé, pas par moi, car c'est une expérience scientifique."

La ministre de la Culture ajoute : " La Ville de Paris nous a donné gratuitement l'Accord Arena, ce qui est une très belle subvention. Le coût du concert test : 900.000 euros. Je donne ce chiffre parce que nous recevons des centaines de demandes de concert-test. C'est une opération extrêmement coûteuse. On est en train de dégager les financements pour ce concert-test qui pourrait se dérouler avant la fin du mois d'avril, ou dans les quinze jours."

Concernant les lieux de culture :"Si la situation le permet, nous serons prêts pour rouvrir les lieux de culture à la mi-mai". la réouverture se fera de manière progressive avec des jauges adaptées en fonction de la situation sanitaire." explique Roselyne Bachelot.

Concernant le pass sanitaire, la ministre est très réservée : "conditionner l'entrée dans un lieu de culture à un pass sanitaire, j'avoue que j'ai beaucoup de mal".

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !