Roman Polanski accusé par une troisième femme d'agression sexuelle sur mineure | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Roman Polanski accusé par une troisième femme d'agression sexuelle sur mineure
©DR

Accusations

Roman Polanski accusé par une troisième femme d'agression sexuelle sur mineure

Une troisième femme dit avoir été agressée sexuellement par le cinéaste franco-polonais, lorsqu'elle était mineure, dans les années 70.

Les nuages s'amoncellent au-dessus de Roman Polanski. Mardi lors d’une conférence de presse à Los Angeles, une troisième femme, dénommée "Robin" a accusé le réalisateur franco-polonais d’agression sexuelle alors qu’elle était mineure. Les fats se seraient produits en 1973 alors qu’elle n’avait que 16 ans. "Le lendemain, j’ai dit à un ami ce que Monsieur Polanski m’avait fait" a-t-elle indiqué. "Mais, à cette seule exception près, la raison pour laquelle j’ai gardé ça pour moi, c’est que je ne voulais pas que mon père fasse quelque chose qui aurait pu l’envoyer en prison pour le reste de sa vie ».

Alors pourquoi sortir de son silence maintenant ? "Robin" explique qu'elle a été motivée par l'attitude de Samantha Geimer, la victime au centre de l'affaire de viol sur mineur, qui a demandé début juin, les autorités à clore le dossier Polanski, cinéaste multi-récompensée, célèbre notamment pour ses films "Rosemary's baby", "Le bal des vampires" ou "Le Pianiste", est effectivement déjà au cœur de deux affaires du même type.

Samantha Geimer accuse le cinéaste de l'avoir drogué puis violé quand elle avait 13 ans, dans la maison de l'acteur Jack Nicholson - alors absent - à Los Angeles, en 1977. Et en 2010, l'actrice britannique Charlotte Lewis, a aussi déclaré que le réalisateur l'aurait agressé sexuellement lorsqu'elle avait 16 ans.

Lu sur franceinfo

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !