Retour de Nicolas Sarkozy : les avis divergent à l'UMP, deux camps s'opposent | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Nicolas Sarkozy et Alain Juppé, les deux hommes forts de l'UMP
Nicolas Sarkozy et Alain Juppé, les deux hommes forts de l'UMP
©Reuters

Embûches

Retour de Nicolas Sarkozy : les avis divergent à l'UMP, deux camps s'opposent

Si Brice Hortefeux et Nadine Morano ont expliqué ce jeudi que le retour de l'ancien président est une "nécessité", Xavier Bertrand a jugé au contraire qu'il devait "rester à l'écart".

"Le retour de Nicolas Sarkozy, qui était une possibilité, devient une nécessité. Je souhaite donc qu'il soit candidat à la présidence de l'UMP à l'automne. Nous avons besoin d'un chef, d'un projet et d'un cap". La position de Brice Hortefeux est claire. Elle n'est pas surprenante non plus. Lui, l'ami de plus de trente ans, ne va pas dire le contraire. Nicolas Sarkozy doit revenir selon lui. Mais le député européen n'est visiblement pas le seul à le penser. D'autres voix s'élèvent ce jeudi matin pour réclamer ce "come-back". 

A commencer par Nadine Morano. Invitée de iTélé, la députée européenne a estimé que le retour de Nicolas Sarkozy devait avoir lieu maintenant. Il "doit revenir mettre de l'ordre dans notre famille politique. Les militants voteront. D'ailleurs je voudrai leur lancer un appel et leur dire de rester totalement mobilisés, que face à ce Parti socialiste qui ne nous mène nulle part, face au Front national qui n'apporte aucune solution, ils doivent garder espoir. Avec Nicolas Sarkozy, nous rebâtiront une famille solide et forte. ll n'a pas le choix, il doit le revenir. Nous avons besoin d'un vrai leader, nous avons besoin d'un chef, nous avons besoins de quelqu'un qui incarne une vraie politique. Donc je dis à Nicolas Sarkozy : c'est maintenant ou jamais" a-t-elle argumenté. 

Mais il n'y a pas que Nadine Morano et Brice Hortefeux. Dominique de Villepin avait allumé la mêche dès mercredi. Pourtant farouchement opposé à Nicolas Sarkozy, l'ancien Premier ministre a plaidé pour un retour. Invité de l'émission Questions d'info sur LCP en partenariat avec Le Monde, France info et l'AFP, il avait indiqué qu'il fallait "un chef à l'UMP" et que "Nicolas Sarkozy fait partie des très rares qui ont aujourd'hui les capacités à rassembler la droite. Je pense que ceux qui ont cette qualité, cette capacité, ne sont pas nombreux. Je vois Nicolas Sarkozy et Alain Juppé et en plus je pense qu'ils ont la capacité de s'entendre. C'est pour moi la clé" avait-il déclaré.

Mais à l'UMP, tout le monde n'est pas d'accord avec cette analyse. Si Alain Juppé et François Fillon n'ont pas commenté publiquement les bruissements de cet éventuel retour, il y a fort à parier que les deux "chefs" du parti depuis le retrait de Jean-François Copé, qu'ils ne le voient pas d'un bon oeil. Ils sont nombreux dans ce cas. Xavier Bertrand en  fait partie et l'a dit publiquement ce jeudi matin sur France Info. "Il faut sortir du tourbillon terrible que nous connaissons aujourd'hui et bien comprendre pourquoi nous en sommes là. La crise que traverse l'UMP, elle est due aux révélations, aux accusations qui ont été faites sur le financement de la campagne présidentielle de 2012. Ce qui veut dire que celles et ceux qui ont été dans cette campagne seront forcément interrogés dans les semaines et les mois qui viennent. S'ils ne sont pas à l'écart de l'UMP, ils entraîneront l'UMP dans ce tourbillon" affirme Xavier Bertrand. "Et je dis aux uns et aux autres, pensez à l'UMP, protégez l'UMP" a estimé le député de l'Aisne. Autrement dit, Nicolas Sarkozy doit rester à l'écart. Une position que partage les Wauquiez, Le Maire, ou encore Pécresse et Debré. Ce dernier a d'ailleurs été très critique à l'égard de l'ancien président ce jeudi matin dans L'Opinion.


UMP : Xavier Bertrand veut faire table raseby France Info


L'Opinion de Bernard Debréby Lopinionfr

Rien ne sera donc facile pour Nicolas Sarkozy s'il décide de revenir. Malgré son leadership naturel à droite, l'ancien président va devoir convaincre pour rassembler. Ce qui ne sera pas une mince affaire. La route risque d'être longue. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !