Réserve parlementaire : les détails de son utilisation | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
La réserve parlementaire n'est pas encore égalitaire
La réserve parlementaire n'est pas encore égalitaire
©Reuters

Distribution

Réserve parlementaire : les détails de son utilisation

L’Assemblée nationale a publié sur son site les dessous de cette subvention accordée aux députés. Paris, le Nord, la Seine-Saint-Denis et le Val-de-Marne sont les départements qui en sortent gagnants.

Une réserve pas encore égalitaire malgré les mots de Claude Bartolone. "La réserve a été répartie équitablement entre majorité et opposition parlementaires. Chaque député bénéficie désormais d’un montant de 130 000 euros en moyenne, la répartition entre les députés relevant de chaque groupe politique", a annoncé le président de l’Assemblée nationale. Dans le détail, certains tirent en effet leur épingle du jeu. Les départements de Paris, Seine-Saint-Denis, Val-de-Marne et du Nord ont ainsi perçu la bagatelle de 2 millions d’euros en 2013. En comparaison, les départements corses, les Alpes-de-Haute-Provence, la Lozère, la Creuse, le Territoire de Belfort et la Haute-Marne ont reçu moins de 250 000 euros.

En ce qui concerne les partis politiques, le Parti socialiste a reçu une plus grosse enveloppe avec près de 42 millions d’euros tandis que l’UMP s’en sort avec 26 millions d’euros. Pour autant, la réserve la plus importante a été remise par son député, Gilles Carrez. Dans la 5ème circonscription du Val-de-Marne, où les électeurs de Nogent-sur-Marne et Le Perreux-sur-Marne sont concernés, ce dernier en a notamment profité pour financer « des travaux de voirie, l’aménagement d’une crèche et du parvis du Centre des Bords de Marne et la construction d’une structure multi-accueil de 60 berceaux », le tout pour la modique somme de 600 000 euros.

Derrière Gilles Carrez, Claude Bartolone, lui-même, a profité de 520 000 euros alors que le communiste André Chassaigne, député de la 5ème circonscription du Puy-de-Dôme, s’est vu remettre 286 500 euros. Si la réserve parlementaire est transparente, c’est grâce à l’association "Pour une démocratie directe". Son président Hervé Lebreton a dénoncé depuis de nombreuses années l’usage opaque de la réserve. "L'Etat n'a pas à subventionner les communes. La séparation des Pouvoirs, inscrite dans la Constitution, empêche en théorie que le Pouvoir Législatif se substitue au Pouvoir Exécutif."

Lu sur L'Express

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !