Régionales 2015 : Marion Maréchal-Le Pen refuse un "ticket" avec Bruno Gollnisch en Paca | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Régionales 2015 : Marion Maréchal-Le Pen refuse un "ticket" avec Bruno Gollnisch en Paca
©Reuters

Fine équipe

Régionales 2015 : Marion Maréchal-Le Pen refuse un "ticket" avec Bruno Gollnisch en Paca

Dans une interview donnée ce lundi après-midi au Figaro, la députée ne souhaite pas s'associer au fidèle de Jean-Marie Le Pen et veut incarner le "renouveau".

Jean-Marie Le Pen a choisi de se mettre en retrait. Ce lundi matin, le président d'honneur du FN a annoncé dans un communiqué officiel qu'il ne serait pas candidat aux élections régionales de 2015 en Paca. Dans son texte, l'ex-candidat à la présidentielle appelait à soutenir Marion Maréchal-Le Pen mais dans le même temps, son fidèle allié Bruno Gollnisch annonçait sa candidature à l'investiture. 

2 prétendants pour un poste de candidat, voilà ce que va devoir régler Marine Le Pen. Car du côté de Marion Maréchal-Le Pen, impossible de cohabiter avec le proche fidèle de son grand-père. "Si je ne suis pas complètement fermée à l'idée d'un ticket - et il appartiendra à Marine Le Pen de trancher et si elle me le demande je le ferai -, en revanche, je n'accepterai pas d'en faire un avec Bruno Gollnisch" a-t-elle clairement affirmé dans une interview donnée ce lundi après-midi au Figaro.

"Il n'y a aucune attaque personnelle car Bruno Gollnisch est un homme intelligent et d'expérience. Mais ce n'est pas envisageable parce que cela ne me correspond pas, ce serait brouiller les pistes et ce serait incompréhensible politiquement. Qu'on le veuille ou non, en termes d'image, il incarne le Front d'une certaine époque, qui me semble un peu révolue. Du fait de mon jeune âge, j'espère incarner la génération qui vient et le renouveau" ajoute encore la jeune députée qui a donc choisi son camp. Effacée durant la crise entre son grand-père et sa tante, elle aurait donc choisi de se ranger dans le camp de la présidente du FN.

Revenant sur une candidature en Paca, elle ne souhaite pas "une candidature sous tutelle". "Si je dois mener cette candidature, je le ferai avec mes équipes et ma façon de faire" lance-t-elle encore. Interrogée enfin sur la question du cumul des mandats si elle est élue à la présidence de la région Paca, elle répond sans ambages : "je démissionnerai de mon mandat de députée avant 2017".

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !