Réforme territoriale : Jean-Michel Baylet et les radicaux de gauche menacent le gouvernement | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Réforme territoriale : Jean-Michel Baylet et les radicaux de gauche menacent le gouvernement
©

Déterminé

Réforme territoriale : Jean-Michel Baylet et les radicaux de gauche menacent le gouvernement

Dans un entretien au Nouvel Observateur, le président des radicaux explique que "ses" trois ministres démissionneront s'il n'y a pas de modification sur cette réforme.

Jean-Michel Baylet, le président des radicaux de gauche met la pression sur le gouvernement. Finies les tergiversations, l'ancien candidat à la primaire socialiste passe à l'action. Le noeud du problème : la réforme territoriale. Dans un entretien au Nouvel Observateur, il prévient que s'il n'est pas entendu les trois représentants du PRG au gouvernement : Sylvia Pinel, ministre du Logement, Annick Girardin secrétaire d'Etat au développement et Thierry Braillard secrétaire d'Etat aux sports, démissionneront de leurs postes. 

"Notre désaccord est grave et profond. Il porte principalement sur la réforme territoriale. Nous considérons qu'elle se fait dans la précipitation et en dehors de toute concertation utile et réelle avec celles et ceux qui sont concernés, c'est-à-dire les élus locaux, les fonctionnaires territoriaux et les populations qui ont quand même leur mot à dire" explique Baylet qui assure ne pas comprendre "la nécessité de la réforme".

Le président des radicaux exprime ensuite ses souhaits. "Nous exigeons le maintien du conseil général dans les départements ruraux. C'est une condition sine qua non" insiste-t-il. Taclant les Verts au passage en disant qu'il ne veut pas faire comme eux c'est à dire, "menacer de sortir de la majorité gouvernementale et ne pas le faire, le patron du PRG assure qu'il ira jusqu'au bout.  "Si nous ne sommes pas entendus, si nous arrivons à un point de rupture, alors là, oui, nous prendrons nos responsabilités et nous partirons du gouvernement" affirme-t-il encore. La balle est dans le camp du gouvernement. 

Lu sur Le Nouvel Observateur

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !