Réforme territoriale : des élus alsaciens UMP et PS fermement opposés à la fusion Alsace-Lorraine-Champagne-Ardenne | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Réforme territoriale : des élus alsaciens UMP et PS fermement opposés à la fusion Alsace-Lorraine-Champagne-Ardenne
©

Ca continue

Réforme territoriale : des élus alsaciens UMP et PS fermement opposés à la fusion Alsace-Lorraine-Champagne-Ardenne

La nouvelle carte dessinée par les députés socialistes ce mardi, comprend désormais 13 régions au lieu de 14 comme initialement prévu.

Après les frondeurs nordistes, au tour des élus de l'Est de monter au front. Philippe Bies, député du Bas-Rhin, a nettement haussé le ton ce mardi à l'Assemblée nationale. En cause : la proposition de ses collègues socialistes d'associer la région de Champagne-Ardenne à l'Alsace-Lorraine. "On ne peut pas réorganiser le territoire sur des coups politiques, nous ne sommes pas une variable d'ajustement", a déploré le parlementaire strasbourgeois.

A ses côtés, d'autres députés alsaciens de gauche comme de droite ont dénoncé cette mesure. Armand Jung, député socialiste, Roland Ries, sénateur et maire de Strasbourg, et Philippe Richert, président UMP de la région Alsace, pensent tous que l'ajout de la Champagne-Ardenne va provoquer un "affaiblissement de Strasbourg" comme siège potentiel.

Philippe Richert, qui se dit favorable à une fusion entre l'Alsace et la Loraine, a tenu à manifester son opposition "ferme" à la nouvelle carte des régions proposée mardi par les députés socialistes avec le soutien de Manuel Valls : "cela me fait bondir, d'abord parce que le projet de grande région qui est ainsi construit amène la région à devenir quelque chose qui ne peut plus respecter la proximité", a-t-il estimé. 

 

Carte régions Atlantico

lu sur france3

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !