Réchauffement climatique : les experts se veulent confiants même si la situation s’aggrave | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Réchauffement climatique : les experts se veulent confiants même si la situation s’aggrave
©

Il y a urgence

Réchauffement climatique : les experts se veulent confiants même si la situation s’aggrave

Les chercheurs du Groupe intergouvernemental d'experts sur le climat (Giec) estiment qu’il est encore possible de limiter à 2°C la hausse du thermomètre mondial.

Comment lutter contre le réchauffement climatique ? Comment le limiter ? Quelles mesures à prendre pour sauver la planète ? Autant de questions posées depuis des dizaines d’années et qui font débat chez les experts. Ce dimanche les chercheurs du Groupe intergouvernemental d'experts sur le climat (Giec) ont apporté de nouveaux éléments de réponse. Tout d’abord, ils estiment qu’il est encore possible de limiter à 2°C la hausse du thermomètre mondial par rapport à l'ère pré-industrielle. Mais pour cela il va falloir prendre radicalement changer son mode de fonctionnement car ils préconisent une réduction d'ici 2050 de 40 à 70% des émissions de gaz à effet de serre.

En effet, selon eux, sans changement majeur et rapide dans le mix énergétique mondial très dépendant du charbon et du pétrole - gros émetteurs de gaz à effet de serre (GES) - le thermomètre mondial aura subi une hausse de 3,7 à 4,8°C à l'horizon 2100. Pour réduire drastiquement les émissions de GES, selon Ottmar Edenhofer, coprésident du groupe ayant rédigé le rapport, il va falloir "éviter de remettre à plus tard les efforts" dans ce sens et faire "des investissements considérables" pour produire et consommer différemment l'énergie.

Selon le Giec, non seulement les émissions de GES ne cessent de croître mais elles le font à une rythme de plus en plus élevé : 2,2% par an entre 2000 et 2010, décennie qui a vu un retour en force du charbon. La tendance actuelle doit donc être inversée et le temps presse pour agir. "Sans réduction des émissions avant 2030, il sera plus difficile de ne pas dépasser les 2°C et les options seront plus réduites", alertent les scientifiques.
"Nous faisons face à des défis mais il n'est pas trop tard pour agir", a insisté Youba Sokona, co-président du groupe auteur du rapport. Mais "plus nous attendons, plus ce sera coûteux et plus les défis seront grands", a-t-il ajouté. A bon entendeur.

Lu sur France Info

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !