Un rapport du Sénat modifié par Servier ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Un rapport du Sénat
modifié par Servier ?
©

Petits arrangements entre amis

Un rapport du Sénat modifié par Servier ?

Le Figaro publie des écoutes téléphoniques entre le bras droit de Servier et un scientifique qui a relu le rapport sur le Mediator.

Des écoutes téléphoniques menées cet été sur les dirigeants de Servier ont enregistré une conversation édifiante entre le numéro 2 du laboratoire, Jean-Philippe Seta, et le professeur Claude Griscelli. Ce dernier a relu le rapport sénatorial sur le Mediator, à la demande de la sénatrice Marie-Thérèse Hermange qui souhaitait avoir son avis en tant qu'ancien directeur général de l'Inserm.

Griscelli explique à Seta comment il a minutieusement tenté de retirer ou atténuer les points du rapport les plus dommageables à Servier, tout en insistant sur des éléments à même de gêner l'Agence du médicament ou l'Afssaps. Le Figaro publie des extraits particulièrement gênants pour les deux hommes :

"Claude Griscelli: «(…) Je me suis fichu des choses nulles qui n'avaient pas d'importance mais bien sûr j'ai regardé des phrases clé qui concernait la responsabilité de Servier (...). Et donc j'ai fait changer pas mal de choses. . Jean-Philippe Seta: D'accord. (…) Claude Griscelli: «(…) sur ce qui te concerne toi ça a été très sobre, tant mieux »."

"Décidément, je n'ai même pas besoin de te donner des conseils, tu anticipes, c'est parfait", glisse Jean-Philippe Seta à Claude Griscelli. Les deux hommes, qui se tutoient, parlent aussi de leurs vacances respectives dans la même conversation.

La directrice générale des affaires extérieures des laboratoires Servier, Lucy Vincent, a nié toute intervention dans le rapport du Sénat à travers le professeur Griscelli :

"Nous n'avons rien eu à faire dans cette convocation, ni dans les avis de M. Griscelli qui est (...) bien qualifié pour avoir ses propres avis sur l'affaire et pour intervenir dans le sens qu'il souhaite"

Lu sur le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !