Racisme ou règlement de comptes : des jeunes blessés à Beaune par des coups de feu et visés par une voiture-bélier | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Racisme ou règlement de comptes : des jeunes blessés à Beaune par des coups de feu et visés par une voiture-bélier
©Thomas SAMSON / AFP

Violence raciste ?

Racisme ou règlement de comptes : des jeunes blessés à Beaune par des coups de feu et visés par une voiture-bélier

Sept jeunes ont été visés par des tirs à Beaune, en Bourgogne, ce lundi. Les victimes évoquent la piste d'une agression raciste.

Une soirée d'été entre jeunes a pris une tournure dramatique en Bourgogne. Les faits se sont déroulés à Beaune. Un groupe de sept jeunes, âgés entre 16 et 20 ans, a été blessé dans la nuit de dimanche à lundi par des coups de feu. 

Cet acte de violence a été commis dans le quartier Saint-Jacques, dans la partie sud de la ville de Beaune, aux alentours de 1h25 du matin, le lundi 30 juillet.

Une quinzaine de jeunes est en train de discuter et joue à une console portable lorsque une Renault Clio rouge débarque sur l'aire de jeux. Le conducteur tente alors de percuter ces jeunes. Ils sont parvenus à éviter la voiture de justesse.  

Les jeunes sont partis aux urgences après l'incident. Vers 4h30 du matin, une autre voiture est arrivée sur les lieux de la première intimidation. Le passage de ce nouveau véhicule est alors sorti armé d'un fusil de chasse de petit calibre. Il a ouvert le feu à quatre reprises en direction des jeunes. Les tirs ont blessé sept personnes, toutes âgées entre 16 et 20 ans. L'une d'entre elles est grièvement blessée et a pu être transférée au CHU de Dijon. Les autres jeunes ont été admis à l'hôpital de Beaune. 

Les jeunes ont indiqué qu'ils ne connaissaient pas leurs agresseurs. Ils ont écarté l'idée d'un règlement de comptes et évoquent clairement un acte raciste à leur encontre. 

L'un des jeunes miraculés après avoir évité le premier véhicule s'est confié à France 3 Régions Bourgogne sur l'attitude des agresseurs dans la voiture : 

"La voiture, j'ai vu à leurs regards qu'ils avaient une haine envers nous. Le pire, c'était les propos. Comme quoi on était des bougnoules et qu'on n'avait rien à faire dans ce pays et qu'ils allaient revenir calibrés [avec une arme]". 
 

Une enquête, confiée à la police judiciaire de Dijon et au commissariat de Beaune, est ouverte. Ce mardi, deux blessés sont toujours hospitalisés à Beaune et à Dijon. 

Lu sur France 3 Régions

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !