Rachida Dati : "pour ma fille, pour son équilibre que tout cela cesse!" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Rachida Dati a appelé au respect de sa vie privée via un communiqué.
Rachida Dati a appelé au respect de sa vie privée via un communiqué.
©Capture d'écran Dailymotion

Réaction

Rachida Dati : "pour ma fille, pour son équilibre que tout cela cesse!"

L'ancienne garde des Sceaux réagit suite à l'information divulguée ce mardi selon laquelle elle aurait assigné le PDG du groupe de casinos et hôtels Lucien Barrière en justice pour "reconnaissance de paternité".

Ce mardi, le site d'information en ligne LePoint.fr révélait que Rachida Dati aurait assigné Dominique Desseigne, le PDG du groupe de casinos et hôtels Lucien Barrière  devant un tribunal civil hors de Paris pour "reconnaissance de paternité". L'homme aurait confirmé cette information à la rédaction du Point par téléphone, sans en dire davantage.

Mardi, à la mi-journée, Rachida Dati a publié un communiqué de presse sur sa page Facebook en réaction à cette affaire. Si elle ne dément pas explicitement les propos du Point.fr, elle dénonce l'attitude des journalistes "à l'affût d'un ragot ou de détails inappropriés".

La maire UMP du 7e arrondissement de Paris a déclaré de ne pas avoir pu "scolariser [sa] fille aujourd'hui".  "En tant que femme et en tant que maman, je demande pour ma fille, pour son équilibre, que tout cela cesse!", a-t-elle demandé. Elle a déploré que sa fille soit "souvent perturbée par ce type d'agissements".

Rachida Dati a toujours refusé de révéler le nom du père de sa fille Zohra, dont elle a accouché, le 2 janvier 2009.A l'époque le mystère autour de sa fille avait fait couler beaucoup d'encre et les rumeurs allaient bon train. Vedettes du show-biz, grands patrons du CAC 40, entraîneur de rugby, journalistes, animateurs télé..., la liste des noms du père supposé de sa fille était longue.

La rumeur la plus farfelue et celle ayant eu le plus de répercussions politiques étaient celle désignant l'ancien Premier ministre espagnol José María Aznar en personne. Ce dernier avait démenti l'information par le biais d'un communiqué officiel.

Lu sur Le Point.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !