Rachat de SFR : Numericable et Bouygues améliorent leurs offres | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
La bataille pour le rachat de SFR est féroce
La bataille pour le rachat de SFR est féroce
©Reuters

Guerre des télécoms

Rachat de SFR : Numericable et Bouygues améliorent leurs offres

Selon les dernières informations, Altice-Numericable a porté à 11,75 milliards d'euros sa proposition, contre 11,3 milliards du côté de Bouygues.

Qui de Numericable ou de Bouygues va racheter SFR ? Ce jeudi, les deux opérateurs se sont rendus coup pour coup : dans un premier temps, c'est Bouygues qui a abattu une dernière carte en améliorant de près d'un milliard d'euros la partie financière de son offre sur la filiale télécoms de Vivendi. Concrètement, le groupe de Martin Bouygues a relevé de 800 millions d'euros la partie "cash" de son offre sur SFR pour la porter à 11,3 milliards d'euros. De plus, la participation de Bouygues dans la société issue de la fusion entre Bouygues Telecom et SFR serait de 52% contre 49% dans l'offre précédente, précise-t-il dans un communiqué.

Avec cette offre améliorée de dernière minute, Bouygues pensait être mieux placé que la holding Altice, maison mère de Numericable, qui a proposé la semaine passée 10,9 milliards d'euros pour faire l'acquisition de la filiale de Vivendi. Mais selon Le Figaro, celle-ci a immédiatement riposté en faisant une contre-proposition supérieure. Ainsi, Numericable a augmenté son offre "cash" de 850 millions d'euros pour l'établir à 11,75 milliards d’euros. À cela s'ajoute, toujours selon Le Figaro, une part de 32% dans le capital du futur ensemble Numericable-SFR toujours promise à Vivendi.

La bataille est donc acharnée mais devrait prendre fin ce vendredi puisqu'une décision pour le rachat de SFR devrait être annoncée.

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !