Rachat d’Alstom : General Electric s'apprêterait à surenchérir | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
General Electric toujours prêt à prendre le contrôle d'Alstom énergie
General Electric toujours prêt à prendre le contrôle d'Alstom énergie
©REUTERS/Vincent Kessler

Flexibilité

Rachat d’Alstom : General Electric s'apprêterait à surenchérir

Le géant américain serait en discussion avec les autorités françaises concernant l’amélioration de son offre de rachat de la branche énergie d’Alstom.

General Electric surenchérit. Le conglomérat nord-américain se préparerait à des concessions avec le gouvernement français pour tenter de remporter la bataille du rachat de la branche énergie d’Alstom, après une première proposition, il y a quelques semaines, à près de 17 milliards de dollars. Des concessions évoquées lundi 16 sur le site du quotidien économique britannique Financial Time, et dont le timing ne doit rien au hasard.

En effet, un peu plus tôt dans la journée, l’allemand Siemens et le japonais Mitsubishi Heavy Industries ont dévoilé leur projet d'alliance avec Alstom dans le secteur énergétique. Une offre concurrente de celle de General Electric qui s’inscrit "dans une logique de partenariat défendue par l’Etat français", souligne Capital.fr, mais qui est moins conséquente que l’offre américaine (aux alentours de 7 milliards d’euros).

Quelles concessions seraient prêt à faire GE ? Le groupe discuterait sur plusieurs points, notamment l’emploi, l’arrivée de nouveaux investisseurs français au capital de la filiale énergie (privés ou publics) ou encore l'accès aux technologies de turbines pour réacteurs nucléaires. D’après une source proche du dossier citée par l’agence Reuters,  il y aurait une certaine "flexibilité" sur ces trois points.

Lu sur qz.com

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !