Quels sont les pays qui demandent des données à Twitter ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Media
Quels sont les pays qui demandent des données
à Twitter ?
©

Big Brother

Quels sont les pays qui demandent des données à Twitter ?

Le réseau social a publié hier un rapport de transparence sur les demandes d’informations et de suppressions de contenu reçues par Twitter.

Ce type de demandes peut provenir d'organismes gouvernementaux, de tribunaux, ou d'ayants droit qui interpellent le réseau sur des infractions concernant le droit d'auteurLes données remontent jusqu'au 1er janvier 2012, et seront actualisées tous les six mois, promet Twitter. Dans un billet de blog qui présente les tableaux en question, le réseau explique avoir été inspiré par la démarche de Google, qui publie depuis 2010 un rapport similaire. Il a également été incité à publier ces données car les demandes ont explosé : "Nous avons reçu plus de sollicitations venant d'organismes gouvernementaux depuis début 2012 que lors de toute l'année 2011", explique le site.

Avec 679 demandes sur un total de 849, les Etats-Unis sont le pays le plus solliciteur. Ils distancent largement le Japon (98 demandes), le Canada et le Royaume-Uni (11 demandes chacun). Suivent de nombreux Etats, dont la France, qui ont tous effectué moins de 10 demandes. Mais toutes ces sollicitations ne sont pas satisfaites par Twitter. Le réseau social n'a par exemple dévoilé aucune information à la France depuis le début de l'année. 

Parmi les six pays à avoir demandé la suppression de contenu, cinq ont été satisfaits : la France, la Grèce, le Pakistan, la Turquie et le Royaume-Uni. Le tableau indique que la seule sollicitation française ne vient pas d'un tribunal mais d'un organisme gouvernemental, dont l'identité n'est pas précisée

Lu sur Francetvinfo

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !