Québec : 80 disparus après l'explosion d'un train, une ville ravagée par les flammes | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Un train de marchandises qui se dirigeait vers le Maine a explosé dans la nuit de vendredi à samedi, dans le centre-ville de Lac-Mégantic, au Québec
Un train de marchandises qui se dirigeait vers le Maine a explosé dans la nuit de vendredi à samedi, dans le centre-ville de Lac-Mégantic, au Québec
©REUTERS/Mathieu Belanger

Drame

Québec : 80 disparus après l'explosion d'un train, une ville ravagée par les flammes

Un train de marchandises qui se dirigeait vers le Maine a explosé dans la nuit de vendredi à samedi, dans le centre-ville de Lac-Mégantic, au Québec.

Le bilan pourrait être lourd. Les chiffres ne sont pas encore définitifs. Mais c'est un terrible drame que vient de vivre une petite ville du Québec. En effet, un train de marchandises qui se dirigeait vers le Maine a explosé dans la nuit de vendredi à samedi, dans le centre-ville de Lac-Mégantic, au Québec. Selon les dernières informations de ce dimanche matin, au moins 80 personnes sont portées disparues. L'explosion de ce convoi de wagons-citernes a ravagé une partie du centre-ville, a déclaré samedi à l'AFP un pompier revenant du cœur du brasier.

"Il y avait au moins 50 personnes au bar" de Lac-Mégantic, ville de 6 000 habitants, située à 250 km à l'est de Montréal. "Il ne reste plus rien", a déclaré ce pompier. Une vague de pétrole en feu a soufflé le bâtiment, a-t-il ajouté.Les fouilles doivent officiellement commencer dimanche à l'aube, a-t-il précisé. Seule certitude : au moins quatre wagons-citernes chargés de pétrole brut ont explosé, faisant au moins un mort et un blessé, selon un premier bilan provisoire. De plus, près de 2 000 personnes ont dû être évacuées. Une véritable tragédie.

"A ce stade, le bilan demeure toujours inchangé. On parle toujours d'un décès", a déclaré peu après 21h30 (01H30 GMT) un porte-parole de la Sûreté du Québec (SQ, police provinciale), Michel Brunet. "On s'attend à ce qu'il y en ait d'autres", a-t-il ajouté. "Je suis choqué, horrifié par la nouvelle. Malheureusement, il est clair qu'il y a eu perte de vies, même si on n'en connaît pas encore l'ampleur", a déclaré samedi soir le Premier ministre canadien Stephen Harper depuis Calgary, dans l'ouest canadien. "Mes pensées et mes prières sont avec les gens de Lac-Mégantic. J'aimerais offrir mes condoléances aux familles des victimes", a-t-il poursuivi.

Un incident mécanique pourrait être à l'origine de l'accident. Un porte-parole de la compagnie, Christophe Journet, a déclaré à l'AFP qu'avant la catastrophe, le convoi avait été immobilisé dans le village voisin de Nantes pour effectuer un changement d'équipe et que, pour une raison inconnue, il s'était "mis à avancer, à bouger dans la pente le conduisant jusqu'à Lac-Mégantic", alors que les systèmes de freinage étaient pourtant activés. Par conséquent, "il n'y avait pas de conducteur à l'intérieur" lorsque le train s'est emballé, a-t-il dit. Un bilan beaucoup plus lourd est à craindre.

lu sur Le Point.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !