Quand le prix Nobel (de gauche) Paul Krugman soutient le programme économique de Donald Trump | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Donald Trump
Donald Trump
©Reuters

Tiens donc

Quand le prix Nobel (de gauche) Paul Krugman soutient le programme économique de Donald Trump

Dans une tribune publiée dans le New York Times, lundi, et à la surprise générale, l'économiste américain déclare que le candidat républicain "a raison sur l'économie".

Après que la star des économistes américains de « gauche », le Prix Nobel Paul Krugman, ait traité le candidat républicain Donald Trump de « Belligérant, raciste grande gueule, sans aucune once de compassion », le même Krugman a logiquement surpris en publiant le 7 septembre une tribune consacrée au chouchou des sondages ; « Trump a raison sur l’économie ».

En effet, si les autres candidats à la primaire accusent Trump d’être un  « faux républicain » en raison de sa proposition de relever la fiscalité sur les riches, ou de son positionnement favorable à une couverture santé universelle, Krugman approuve ces positions.  « Il se trouve que Trump a raison et que l’establishment républicain a tort ».

Le prix Nobel s’interroge de l’opportunité des attaques du parti républicain à propos des seules propositions économiques du roi de l’immobilier, en oubliant de se référer à ses déclarations « absurdes » relatives à l’immigration et à son « racisme implicite ».

Ce que Paul Krugman dénonce au fond, ce sont les positions dogmatiques du parti républicain sur l’économie :

« Qu’est ce qui s’est passé ? Depuis le mois dernier, le taux de chômage, qui était de 7.8% lorsqu’Obama est arrivé en fonction, a atteint 5.1%. Pour l’anecdote, Mitt Romney (ancien candidat républicain) avait promis, durant sa campagne, de réduire le taux de chômage sous le seuil de 6% à la fin 2016. Aussi pour l’anecdote, le taux de chômage actuel est plus bas qu’il ne l’a jamais été sous Ronald Reagan. Et la raison principale d’une telle baisse est la création d’emplois dans le secteur privé, qui a créé plus de 7 millions d’emplois depuis la fin 2012 ».

Mais malgré cet article, Paul Krugman confirme qu’il ne soutient pas pour autant Donald Trump :

« Il y a beaucoup d’autres politiciens la dehors qui refusent également de se soumettre aux principes économiques de droite, mais qui le font sans proposer de parcourir la campagne pour déporter les immigrés ; ou pour détruire nos accords internationaux pour commencer une guerre commerciale. »

Lu sur le New York Times

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !