Pyrénées-Orientales : un homme écroué après avoir séquestré sa femme de 19 ans | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Un homme a été écroué pour avoir séquestré son épouse pendant deux mois à Cabestany .
Un homme a été écroué pour avoir séquestré son épouse pendant deux mois à Cabestany .
©Flickr/ zigazou76

Justice

Pyrénées-Orientales : un homme écroué après avoir séquestré sa femme de 19 ans

La jeune femme était privée de tout contact avec l'extérieur depuis deux mois.

Séquestration dans les Pyrénées-Orientales. Un habitant de Cabestany de 27 ans est en effet soupçonné d'avoir séquestré son épouse âgée de 19 ans pendant deux mois. Des sources proches de l'enquête ajoutent que la jeune femme aurait donc été privée de tout contact avec l'extérieur après la naissance de leur bébé.

Les premiers éléments de l'enquête indiquent par ailleurs que le mari, de confession musulmane battait sa femme qui s'était convertie à l'islam pour l'épouser. La situation avait empiré après la naissance de leur enfant. La jeune maman était également privée de téléphone, d'internet mais également de cigarettes. Le mari a déjà eu des antécédents de violences conjugales sur une ex-conjointe.

La jeune femme a finalement réussi a alerter des membres de sa famille après avoir réussi à mettre la main sur un téléphone. Les gendarmes mis au courant ont alors secouru la jeune femme qui se trouvait dans un état de grande détresse. Placée sous protection, la jeune maman a été placée avec son bébé dans un foyer. Alors qu'il devait être jugé en comparution immédiate ce vendredi pour violences sur conjoint par le tribunal correctionnel de Perpignan, le mari abusif devra se représenter devant la justice à la fin du mois puisque l'affaire a été renvoyée au 28 juin.

Lu sur TF1 News

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !