Pyrénées-orientales : thanatopracteur, il gardait 700 litres de sang dans son garage | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
La dernière toilette des défunts
La dernière toilette des défunts
©Reuters

L'embaumeur du Sud Ouest

Pyrénées-orientales : thanatopracteur, il gardait 700 litres de sang dans son garage

Un homme, exerçant depuis une vingtaine d'années la thanatopractie, a été dénoncé par ses confrères pour stockage illégal de sang humain.

Histoire vraiment insolite dans le sud ouest. Un homme, thanatopracteur de profession, se livrait à une drôle de pratique. L'expert, dont le travail consiste à réaliser des soins sur les corps des défunts pour les rendre présentables, devait faire incinérer le sang prélevé sur le défunt (environ 5 litres), puis ensuite le remplacer par du formol, ainsi que diverses substances organiques. Or, il n'a pas tout à fait réalisé ce qu'on lui demandait...

 

Pour éviter cette destruction au coût très élevé, l'embaumeur aurait détourné la réglementation. Près de 700 litres de sang, pouvant être contaminés (VIH notamment) ont été retrouvés dans son garage. L'homme est également soupçonné de s'être débarrassé de milliers de litres de substances humaines quelque part, dans la nature ou les eaux usées.

 

Selon les premières investigations, déjà 1400 corps ont été maniés par l'expert, ce qui équivaut à environ 7000 litres de sang et des dizaines de litres de diverses substances organiques. Problème, impossible de mettre la main dessus.

 

L'homme présenté au Procureur de la République de Perpignan est interdit d'exercer. Il a été mis en examen pour "élimination irrégulière de déchets présentant des risques infectieux et abandon illégal de déchets". Laissé en liberté sous contrôle judiciaire, il est aussi poursuivi pour "gestion sans habilitation d'un établissement de thanatopraxie", car il avait négligé de renouveler son habilitation en temps utile.

 

Lu sur le Midi Libre

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !