PSG : violents incidents pendant les célébrations, 30 blessés et 21 personnes interpellées | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Le préfet de police de Paris a annoncé la mobilisation de 800 policiers.
Le préfet de police de Paris a annoncé la mobilisation de 800 policiers.
©Reuters

Fête gâchée

PSG : violents incidents pendant les célébrations, 30 blessés et 21 personnes interpellées

Lundi soir, le Paris Saint-Germain avait prévu de célébrer son troisième titre de champion de France mais les festivités prévues ont très vite tourné court.

La célébration du troisième titre de champion de France du PSG devrait laisser des traces... La préfecture de police a évoqué lundi soir 30 blessés, dont trois des forces de l’ordre et 21 personnes interpellées pour jets de projectiles et dégradations.

Des voiture calcinées, des arrêts de bus vandalisés, des cafés saccagés, et même un bus de touristes pillé... Les Parisiens ont pu assister à de véritables scènes de guerillas urbaines. Devant l’ampleur des incidents, le club et son parraineur Nike ont préféré annuler la mini-croisière que devaient faire les joueurs sur la Seine pour saluer leurs supporteurs."Le club et l’équipementier ont décidé d’annuler l’opération pour des raisons de sécurité", a indiqué une porte-parole de Nike à l’AFP.

Dès le début des festivités, l'ambiance était explosive sur la place du Trocadéro. Les premiers incidents ont éclaté vers 18h20, peu après la remise du trophée aux joueurs. Certains supporters ultras ont d’abord jeté des fumigènes sur les stewards du club, puis ont escaladé un échafaudage installé le long du palais de Chaillot. Peu après, les perturbateurs ont déployé une banderole "Liberté pour les ultras", en référence à la politique de sécurisation du Parc des Princes mise en place il y a trois ans. Pendant ce temps-là, des casseurs ont profité de la confusion pour piller un car de touristes... A 21 heures, le calme était revenu sur la place du Trocadéro, rouverte à la circulation, mais en contrebas, des supporteurs continuaient à faire face aux forces de l'ordre sur le pont menant à la Tour Eiffel. 

La préfecture de police de Paris a indiqué, aux alentours de 23 heures, que trente personnes ont été blessées, dont trois parmi les forces de l'ordre, au cours de ces débordements.Vingt-et-une personnes ont été interpellées après des jets de projectiles ou des dégradations.

Le ministre de l'Intérieur Manuel Valls, était lundi soir sous le feu de nombreuses critiques. Dans un communiqué, Geoffroy Didier, secrétaire général adjoint de l'UMP, a  déploré "l'inadmissible confusion au coeur de la capitale dont le premier responsable est le gouvernement: où était le préfet de police ? Quels ordres ont été données ou n'ont pas été donnés d'agir ? Que faisait concrètement le ministre de l'intérieur ?". 

"Le ministre de l'intérieur Manuel Valls est beaucoup plus vigilant quand il s'agit d'assurer l'ordre de manifestations qui concernent le Mariage pour tous" a déclaré pour sa part Claude Goasguen, député-maire du XVIe arrondissement, dans le Figaro.

Alliance, second syndicat des gardiens de la paix, a jugé que les autorités avaient sous-estimé l'ampleur de la cérémonie de remise du trophée.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !