Prothèses PIP : l’ex-patron est insolvable | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Prothèses PIP :  l’ex-patron est insolvable
©

Caisses vides

Prothèses PIP : l’ex-patron est insolvable

Jean-Claude Mas aurait organisé son insolvabilité. L’indemnisation des victimes pourrait être difficile.

L’ancien patron de Poly Implant Prothèse (PIP) s’est déclaré insolvable. S’il est reconnu coupable, il ne sera pas en mesure d’indemniser les victimes.

Au total, 400 000 à 500 000 femmes devront se faire réopérer pour remplacer leur prothèses mammaires défectueuses, elles ne pourront pas se retourner contre lui.

Jean-Claude Mas aurait sciemment organisé son insolvabilité. Dès mars 2010, quelques mois après la liquidation de sa société, il a cédé sa villa du Var qui est aujourd’hui en vente pour 1,6 million d’euros.

Aujourd’hui Jean-Claude Mas est en train d’acquérir son appartement en viager, il n’est donc pas encore propriétaire. Pourtant, l’ex-patron de PIP bénéficiait d’une salaire confortable. En 2005 il touchait 300 000 euros bruts par an en tant que président du conseil de surveillance de son entreprise dont il était à la fois patron.

Quid donc de tout cet argent ? Selon un ancien salarié, "le service de relance des factures impayées à l'étranger a découvert que M. Mas se faisait payer directement en liquide".

Lu sur le Figaro.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !