Propos sur Hitler et les gens du voyage : Gilles Bourdouleix condamné à 3 000 euros d'amende | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Propos sur Hitler et les gens du voyage : Gilles Bourdouleix condamné à 3 000 euros d'amende
©

Justice

Propos sur Hitler et les gens du voyage : Gilles Bourdouleix condamné à 3 000 euros d'amende

Le député-maire de Cholet avait déclaré l’été dernier, lors d’une altercation avec des Roms, qu’Hitler "n’en avait peut-être pas tué assez".

Gilles Bourdouleix était poursuivi pour "apologie de crime contre l'humanité". La raison ? En juillet 2013, le député-maire de Cholet (ex-UDI), au cours d'une altercation sur un terrain agricole de sa commune occupé illégalement par plus d'une centaine de caravanes de gens du voyage, il avait alors déclaré : "Hitler n'a peut-être pas tué assez". Ce mardi, selon Le Monde, la cour d'appel d'Angers l'a condamné à une amende de 3 000 euros. La justice a ainsi alourdi la peine prononcée à l'encontre de l'élu en première instance puisqu'il avait été condamné en janvier à une amende de 3 000 euros également, mais assortie d'un sursis. Il encourait une peine de cinq ans d'emprisonnement et 45 000 euros d'amende.

Dans un communiqué, SOS Racisme s'est félicité du jugement, relevant que les gens du voyage "comptent parmi les plus stigmatisés et discriminés d'Europe et qu'il est normal que les incitations à la haine d'élus de la République soient les plus sévèrement sanctionnés possible". Dénonçant un contexte "nauséabond (...) tant la parole raciste s'est libérée à l'encontre des gens du voyage", SOS Racisme estime "qu'un élu de la République s'adonne à de telles violences verbales, que rien ne saurait justifier, est inadmissible et met gravement en danger notre fragile vivre ensemble".

Les propos de Gilles Bourdouleix propos avaient provoqué un tel tollé en France que l'élu avait été contraint de quitter l’UDI; dont il était pourtant l''un des cofondateurs en tant que président du Centre national des indépendants et paysans (CNIP).

 
Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !