Primaires républicaines : Donald Trump désigne un conservateur comme colistier | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Donald Trump n'a pas encore livré officiellement le nom de son colistier, mais c'est sur le conservateur Mike Pence que se serait porté son choix, selon les médias américains.
Donald Trump n'a pas encore livré officiellement le nom de son colistier, mais c'est sur le conservateur Mike Pence que se serait porté son choix, selon les médias américains.
©Reuters

Fin du suspens

Primaires républicaines : Donald Trump désigne un conservateur comme colistier

Le républicain Donald Trump, qui devrait être investi candidat à la Maison Blanche la semaine prochaine, aurait choisi Mike Pence comme colistier.

La nouvelle n'est pas encore officielle. En raison des attentats commis à Nice lors des festivités du 14 juillet, le candidat républicain à la maison blanche Donald Trump a décidé de repousser la déclaration publique concernant le choix de son colistier, qui devait initialement se faire lors d'une conférence de presse vendredi matin.

Mais pour les médias américains CNN et ABC, à trois jours de l'ouverture de la convention d'investiture républicaine au cours de laquelle Donald Trump devrait être désigné candidat à la présidentielle par son parti, il n'y a plus de doute. C'est le gouverneur conservateur de l'Indiana  Mike Pence qui occupera ce rôle. Le gouverneur du New Jersey, Chris Christie, et l'ancien président de la Chambre des représentants, Newt Gingrich, étaient les autres noms qui figuraient sur la liste de probable colistier de Donald Trump.

Populaire dans le camp républicain, que Donald Trump a divisé lors de sa campagne, Mike Pence avait hésité à se présenter à l'investiture républicaine avant d'apporter finalement son soutien à Ted Cruz, concurrent de Donald Trump. Ancien avocat, et ancien animateur radio, il a siégé à la Chambre des représentants de 2001 à 2013 et occupé la présidence de la conférence républicaine de 2009 à 2011. Il se définit  comme "un chrétien, un conservateur et un républicain, dans cet ordre". En tant que gouverneur, il avait par exemple rendu plus difficile le recours à l'avortement.

Lu sur le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !