Primaire UMP à Paris : le premier tour va se poursuivre normalement | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
L'autorité de supervision de la primaire a tenté de désamorcer les tensions.
L'autorité de supervision de la primaire a tenté de désamorcer les tensions.
©Charles Platiau / Reuters

Tensions

Primaire UMP à Paris : le premier tour va se poursuivre normalement

Une décision prise après qu'un "accord rédigé en commun" a été trouvé entre les différents candidats.

Le premier tour de la primaire ouverte de l'UMP pour la mairie de Paris va se poursuivre normalement jusqu'à son terme lundi, a indiqué hier Antoine Rufenacht le président de l'autorité de supervision de la primaire.

Une réunion entre le conseil supérieur de la primaire et les candidats (sauf Nathalie Kosciusko-morizet, représentée par un collaborateur) s'était ouverte au siège de la fédération, après l’intervention vendredi de Pierre-Yves Bournazel qui a demandé de suspendre le vote. Selon le chaîne d'information Itélé qui rapporte des propos de l'entourage de NKM, l'ex porte-parole de Nicolas Sarkozy ne s'est pas déplacée car "Blanche-Neige ne parle pas avec les nains".

Il a été décidé "de l'interdiction de toute nouvelle communication publique ou prise de parole des candidats ou de leur soutien jusqu'à la clôture du scrutin, l'interdiction de campagne téléphonique, d'envoi de messages électroniques ou papier quel que soit le fichier utilisé de la part des candidats ou de leurs soutiens" ainsi que de "la fermeture immédiate des permanences, bureaux, points de vote et d'information", a affirmé M. Rufenacht.

"Jean-François Copé s'associera à cet accord et demandera à l'ensemble des membres du Bureau de se conformer aux décisions prises", a précisé le président de l'autorité de supervision. "Toute tentative d'inscription frauduleuse doit être poursuivie pénalement", a-t-il prévenu.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !