Primaire de la gauche : 56% des Français pas intéressés | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Primaire de la gauche : 56% des Français pas intéressés
©CGPME

Ennui

Primaire de la gauche : 56% des Français pas intéressés

Le nombre de sondés intéressés par la primaire de la gauche n'a gagné qu'un point après le premier débat.

La primaire de la gauche est encore loin de passionner les foules, à une semaine du premier tour. Selon un sondage Elabe pour BFM TV publié samedi, 43% des sondés se disent "intéressés" par cette élection, dont 31% qui s'y intéressent "assez" et 12% "beaucoup". Le premier débat organisé jeudi n'a pas vraiment changé la donne : le nombre de personnes intéressées par la primaire n'a augmenté que de... 1%.

Au contre, 56% des sondés (-2) ne s'y intéressent pas, dont 31% "pas vraiment" et 25% "pas du tout".

Fort logiquement, l'intérêt est plus important chez les sympathisants de gauche, qui sont 68% (+2) à s'intéresser à la primaire, contre 32% (-2) qui ne s'y intéressent pas. Néanmoins, seuls 24% des répondants de gauche disent s'y intéresser "beaucoup".

Chez l'ensemble des Français, 31% des sondés souhaitent que Manuel Valls l'emporte, devant Benoît Hamon (25%,) et Arnaud Montebourg (24%). Vincent Peillon (8%) est très largement distancé. Suivent Sylvia Pinel (5%), François de Rugy (3%) et Jean-Luc Bennahmias (1%).

Même trio de tête parmi les sympathisants de gauche, chez qui Manuel Valls recueille 31% de souhaits de victoires, Benoît Hamon 25% et Arnaud Montebourg 24%.

Sondage réalisé par internet du 11 au 13 janvier (avant et après le premier débat télévisé) auprès d'un échantillon de 5.099 personnes représentatif de la population française de plus de 18 ans, dont 4.813 personnes inscrites sur les listes électorales et 1.542 sympathisants de gauche.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !