Primaire : "Ça suffit avec François Bayrou !" lance Alain Juppé | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Primaire : "Ça suffit avec François Bayrou !" lance Alain Juppé
©

Les réactions de la matinée

Primaire : "Ça suffit avec François Bayrou !" lance Alain Juppé

Le maire de Bordeaux a tapé du poing sur la table après les critiques sur son allié centriste. Voici les réactions de la matinée.

Alain Juppé : "Ça suffit avec François Bayrou !" a lancé le maire de Bordeaux sur France Inter alors que les proches de Nicolas Sarkozy reprochent toujours au patron du Modem son vote pour François Hollande en 2012. "Cette espèce d'obsession anti-Bayrou, ça commence à bien faire. (...) Je n’ai pas approuvé le choix de Bayrou en 2012. Aujourd’hui, il est clairement en faveur de l’alternance, on ne va pas continuer à excommunier les uns et les autres. Quand on veut rassembler, on ne commence pas à se séparer de ceux qui veulent nous rejoindre."

Il s'est aussi exprimé sur la situation des migrants. "Il faut s’attaquer aux causes, et pas seulement aux effets. Les causes, ce sont d'abord les accords du Touquet, qu’il faut renégocier. Il faut aussi reprendre la politique de reconduite à la frontière les migrants illégaux."

Édouard Philipe : "François Bayrou ne pourra jamais être le Premier Ministre d'Alain Juppé" a d'ailleurs souligné le député, proche du maire de Bordeaux sur Radio Classique.

Bernard Tapie : "Prends ton temps mon gars !" a-t-il lancé à Emmanuel Macron sur BFMTV. Ce sera un candidat crédible, "mais s'il brûle les étapes, il va se faire balayer parce qu'il n'a pas aujourd'hui le niveau pour diriger la France !" Et de lancer une comparaison dont seul Bernard Tapie a le secret : "Je le compare à un type qui écrit de très bons livres de cuisine. Mais il fait pas encore la bouffe ! Pour faire la bouffe, il faut aller en cuisine et gagner ses étoiles"

Michèle Rivasi : "Cécile Duflot paie sa participation au gouvernement" estime l'une des deux qualifiées (avec Yannick Jadot) à la primaire écologiste, sur France Inter. "Elle est un peu la victime collatérale."

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !