Présidentielle 2017 : A Arras, Emmanuel Macron fustige "l'héritière" Le Pen et ses "discours de haine" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Présidentielle 2017 : A Arras, Emmanuel Macron fustige "l'héritière" Le Pen et ses "discours de haine"
©AFP

Au vitriol

Présidentielle 2017 : A Arras, Emmanuel Macron fustige "l'héritière" Le Pen et ses "discours de haine"

"Elle est née dans un château de partis, et elle donne des leçons. Marine Le Pen se prétend du peuple et est une héritière" a-t-il martelé.

Pour son premier meeting entre le premier et le deuxième tour de l’élection, Emmanuel Macron avait choisi Arras. Devant quelque 3000 personnes, le candidat d’En Marche ! a tiré à boulets rouges contre Marine Le Pen et le Front national. Il a dénoncé des "discours de haine" et "les choix faits par des dirigeants de manière folle, de dire que nous valons mieux que le voisin, alors allons le détruire, mais le détruire avec la chair des autres".

Selon lui, le parti frontiste use de pratiques de l’Ancien régime. "Réduire la fracture sociale, c’est aussi former, c'est aussi l'école. Et cela, le FN n’en dit jamais un mot. Le Front national se nourrit de la fracture démocratique, il a les pires pratiques de l'Ancien régime". Mais surtout, l’ancien ministre de l’Economie a estimé que sa rivale était l’héritière d’un système de caste.  "Marine Le Pen est l'héritière de ce système, elle est née dans un château de partis, et elle donne des leçons. Marine Le Pen se prétend du peuple et est une héritière. Elle vient d'un parti qui, constamment, a refusé de respecter les lois de la République."

Emmanuel Macron a également fustigé les positions de Marine Le Pen sur l’Europe.: "Sortir de l’Europe, qu’est-ce que ça veut dire? Le protectionnisme, c’est la guerre, c’est le nationalisme. Le FN ce n’est pas le parti des patriotes mais des nationalistes et le nationalisme, c’est la guerre!". Le leader d’En Marche ! a également fait référence à son histoire familiale, lui qui est né à Amiens, à quelques kilomètres d’Arras. "J’ai mal dans ma chair et dans mon sang de voir le score du Front national ici. A quelques kilomètres d’ici, la moitié de ma famille est enterrée. Ce pays a connu toutes les guerres de l’Europe. Au nom de quoi les victimes des guerres sont tombées? A cause des discours de haine".

Lu sur BFMTV

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !