Présidentielle 2017 : Manuel Valls appelle la gauche à arrêter la "machine à perdre" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Présidentielle 2017 : Manuel Valls appelle la gauche à arrêter la "machine à perdre"
©Reuters

En rang

Présidentielle 2017 : Manuel Valls appelle la gauche à arrêter la "machine à perdre"

"Oui la gauche telle que nous l'imaginons, utile, assumant les responsabilités de l'exercice du pouvoir, peut mourir, mais moi je veux qu'elle vive!", a lancé le Premier ministre aux députés socialistes.

Lors de son intervention devant les députés socialistes réunis ce mardi pour leur séminaire de rentrée, le chef du gouvernement a appelé la gauche à mettre fin à la "machine à perdre" en vue de l'élection présidentielle de 2017, reprochant même à certains membres de sa famille politique de "parier sur la défaite du PS".

"Si on ne bouge pas, la gauche disparaîtra! (...) Si on ne bouge pas, la gauche, la gauche de gouvernement, la social-démocratie (...) laissera les Français seuls, seuls, face à un choix amer : la droite dure ou l'extrême droite! Si on ne bouge pas, la gauche sera ultra minoritaire à l'Assemblée nationale! Oui la gauche telle que nous l'imaginons, utile, assumant les responsabilités de l'exercice du pouvoir, peut mourir, mais moi je veux qu'elle vive!", a déclaré Manuel Valls. 

"Il n'y a pas de place pour les aventures individuelles. C'est ne rien comprendre à l'histoire qui s'est invitée, à la tragédie parfois, à la mort qui s'est imposée au cours de ces dernières années, c'est ne rien comprendre aux aspirations du peuple français", a-t-il également prévenu. 

"Être moderne, c'est être collectif, être moderne, c'est être républicain, être moderne, c'est être laïc, être moderne, c'est considérer que l'égalité est plus que jamais cette belle idée qui correspond à la France", a conclu le Premier ministre. 

>>>> À lire aussi : "Dis papa, c'est quoi la gauche ?" "Euh…"

Lu sur le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !