Présidentielle 2017 : Jean-François Copé sera bien candidat à la primaire à droite | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Présidentielle 2017 : Jean-François Copé sera bien candidat à la primaire à droite
©

Dans la ronde

Présidentielle 2017 : Jean-François Copé sera bien candidat à la primaire à droite

Le député-maire de Meaux a confirmé sa candidature au JT de France 2 dimanche soir.

Il sera bel et bien candidat.  Dimanche soir, au journal télévisé de France 2, Jean-François Copé a annoncé sa candidature à la primaire de la droite. Un mois après avoir fait son grand retour sur la scène médiatique, l’ancien président de l’UMP a expliqué les raisons de son timing. "J'avais imaginé, dans un premier temps, me donner quelques semaines de plus. Mais je suis prêt et je trouvais très hypocrite de retarder inutilement", a précisé Jean-François Copé.

Cette candidature intervient surtout alors que son horizon politique s’est éclairci : la semaine dernière. Le député-maire Les Républicains de Meaux a échappé à la mise en examen dans la tentaculaire affaire Bygmalion. "Jamais je n'aurais imaginé être candidat si j'étais mis en examen", a-t-il souligné. Le parlementaire a toutefois balayé l’idée d’une candidature en forme de revanche. Cela n'aurait aucun sens". Une revanche contre Nicolas Sarkozy ? "En aucun cas. Mes adversaires, c'est le parti socialiste, c'est le Front national." a-t-il martelé.

Prônant "une France décomplexée", sans "langue de bois", sans "la main qui tremble pour prendre un certain nombre de décisions", Jean-François Copé veut d'ailleurs légiférer "par ordonnance, dès le lendemain de l'élection présidentielle", et parle d'une "obligation de résultats" sur "le chômage, l'immigration, les déficits".

Lu sur Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !