Présidentielle 2017 : 65% des Français contre une candidature de Sarkozy | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Présidentielle 2017 : 65% des Français contre une candidature de Sarkozy
©

Le mal-aimé

Présidentielle 2017 : 65% des Français contre une candidature de Sarkozy

Seulement 33% des Français souhaitent que Nicolas Sarkozy se présente à l'élection présidentielle de 2017, selon un sondage BVA pour Itélé et Le Parisien-Aujourd'hui en France.

On peut y voir un effet des affaires qui secouent actuellement l'UMP, ou une confirmation du revers subi en mai 2012 face à François Hollande : à la question de savoir s'ils souhaitent que Nicolas Sarkozy se présente à l'élection présidentielle de 2017, 65% des personnes interrogées dans un sondage BVA pour Itélé et Le Parisien-Aujourd'hui en France.ont répondu "non", 33% "oui", et 2% ne se sont pas prononcées.

Le rejet est quasi-unanime chez les sympathisants de gauche : 94% d'entre eux ne veulent pas que l'ancien président soit candidat pour un nouveau quinquennat. A l'inverse, 62% des sympathisants de droite y sont favorables, dont 78% chez les sympathisants de l'UMP.

70% des sondés pensent toutefois que Sarkozy se présentera à la présidentielle de 2017, contre 28% qui pensent que "non". 2% ne se sont pas prononcés. Intérrogés pour savoir si "avec les affaires en cours, l'UMP peut tout de même présenter Nicolas Sarkozy" comme candidat à la présidentielle, 57% des Français ont répondu négativement, contre 41% positivement. 2% ne se sont pas prononcés.

L'enquête a été réalisée auprès d'un échantillon de 1057 personnes recrutées par téléphone et interrogées par internet les 3 et 4 juillet, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

Lu sur Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !