Présidentielle : moins d'un français sur quatre souhaite la candidature de Nicolas Sarkozy | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Nicolas Sarkozy, le président de l'UMP.
Nicolas Sarkozy, le président de l'UMP.
©Reuters

Dégringolade

Présidentielle : moins d'un français sur quatre souhaite la candidature de Nicolas Sarkozy

Le président de l'UMP enregistre une baisse de 11 points par rapport à juillet 2014.

En septembre dernier, Nicolas Sarkozy faisait son grand retour dans la vie politique française. Un retour récompensé par son élection à la tête de l'UMP. Sauf que depuis, le président du premier parti d'opposition doit réussir à composer avec les divisions internes, les sorties d'Alain Juppé ou de François Fillon et les polémiques sur ses conférences à l'étranger rémunérées. La promenade espérée se transforme peu à peu en parcours escarpé.

Des difficultés qui se font ressentir dans les sondages. Alors qu'en juillet 2014, 33% des Français espéraient une candidature de Nicolas Sarkozy à la présidentielle de 2017, ils sont désormais seulement 22%. Cet enseignement d'un sondage BVA pour Orange et iTélé publié ce dimanche montre que l'ancien chef de l'Etat n'a pas convaincu. Lui qui dit avoir changé s'est vu renvoyer à son passé par François Fillon. "J'ai toujours pensé qu'on ne change pas", assurait l'ancien Premier ministre vendredi sur BFMTV.

Les problèmes pour Nicolas Sarkozy se font donc ressentir jusque dans son parti. Seulement 40% des sympathisants de droite espèrent une candidature de l'ancien président (ils étaient 62% en juillet dernier). Pis, à peine plus de la majorité (57%) des sympathisants de l'UMP soutiennent une candidature de leur président. En juillet, ils étaient 75%.

Lu sur L'Obs

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !