Présidentielle : François Hollande garderait 500 parrainages mis de côté | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Présidentielle : François Hollande garderait 500 parrainages mis de côté
©LIONEL BONAVENTURE / POOL / AFP

Et si... ?

Présidentielle : François Hollande garderait 500 parrainages mis de côté

D'après Le Parisien, le chef de l'Etat disposerait d'un matelas de parrainages, dont il pourrait se servir "en cas de malheur".

S’il n’est pas officiellement candidat pour sa réélection, François Hollande reste un homme prévoyant. Selon des informations du Parisien, il disposerait d'un matelas de sécurité de 500 parrainages d'élus. Un nombre qui ne doit rien au hasard : c’est celui permettant de se présenter à l’élection présidentielle, et que les candidats doivent déposer avant le 17 mars.

Avec ces parrainages soigneusement mis de côté, le locataire de l’Elysée pourrait donc changer d'avis et décider de se présenter à sa propre succession…au cas où. "Elles sont déjà gelées, en cas de malheur", confie ainsi un membre de l'entourage du président, cité par le quotidien. "C'est un homme qui ne ferme jamais aucune fenêtre. Depuis qu'il a renoncé, les conditions ont changé". Il estimerait être le seul à pouvoir rassembler la gauche pour faire barrage au FN.

Mais en dépit des nombreux rebondissements de cette campagne présidentielle, le scénario reste tout de même particulièrement difficile à imaginer. Il faudrait ainsi "un crash" d’Emmanuel Macron et de Benoit Hamon avant le 17 mars. Sans compter que le chef de l’Etat n’as pas vraiment connu de rebond fantastique dans les enquêtes de popularité. "Ces états d'âme, on s'en fout !" lance carrément un ministre.

Par ailleurs, le président en exercice serait surtout concentré sur la succession... de Donald Tusk au Conseil européen. "Ce serait le tour d'un socialiste" aurait-il déclaré selon des propos rapportés par  Le Monde.

Lu sur Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !