Présidentielle : Emmanuel Macron livre les principaux points de son programme | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Présidentielle : Emmanuel Macron livre les principaux points de son programme
©AFP

Avant-goût

Présidentielle : Emmanuel Macron livre les principaux points de son programme

Dans "Le Parisien", l'ancien ministre de l'Economie a levé le voile sur plusieurs de ses propositions, avant de présenter son programme à la presse ce jeudi.

Journée décisive pour Emmanuel Macron. Le candidat d’En Marche ! doit présenter son programme devant la presse ce jeudi matin. Mais avant cela, il a dévoilé plusieurs éléments de son projet au Parisien en exclusivité. Moralisation de la vie publique, éducation, retraite, terrorisme… L’ancien ministre de l’Economie a brassé large. En pleine affaire Fillon, il a soutenu qu’il interdirait aux parlementaires d’embaucher leurs proches s’il était élu. "Je ne suis pas du tout contre les emplois familiaux, quand on les rémunère sur ses propres subsides. Mais quand il s’agit d’argent public, on ne doit pas pouvoir embaucher ses proches".

Ambitieux, il souhaite mettre en place "un vrai système universel de retraite" et mettre fin dans ce domaine aux inégalités entre fonctionnaires et salariés du privé. "Les règles seront les mêmes pour tous les régimes", martèle-t-il. "Ce sera la vraie fin des inégalités entre fonctionnaires et salariés du privé".

Sur un sujet où il sera très attendu, la sécurité, Emmanuel Macron s’est déclaré favorable à la création d’une police de proximité. Concernant lutte contre le terrorisme, il estime que les 10 000 créations de postes de policiers pendant le quinquennat serviront de fondement à un "vrai renseignement territorial", qui permettra d’anticiper de nouvelles menaces. Pour la levée de l’état d’urgence, il indique qu’il évaluera la nécessité de maintenir ce dispositif "en fonction du niveau de risque décrit par les services de renseignement". Il plaide en outre pour la "réconciliation des jeunes avec la République" et le désenclavement des banlieues.

Quant à l’éducation, il juge que le "cœur de la bataille" dans ce domaine se trouve avant l’entrée en 6e. Aujourd’hui, "20 % des jeunes en CM2 ne savent pas bien lire, écrire et compter", déclare-t-il. Pour lui, la solution passe par une plus grande autonomie des établissements, notamment en termes de recrutement et de pédagogie. Il compte en outre créer entre 4 000 et 5 000 postes au cours du quinquennat.

Le candidat a également parlé pouvoir d’achat (notamment un exonération en trois ans de la taxe d’habitation pour 80 % des foyers, pour un coût global de 10 milliards d’euros), et promis d’investir 15 milliards dans la transition écologique.

Lu sur Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !