Préservatifs: le Vatican change de ton | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Préservatifs: le Vatican change de ton
©

Sida

Préservatifs: le Vatican change de ton

Le communiqué du Vatican qui nuance les propos du pape va en ce sens: la position de l'Eglise sur l'usage du préservatif marque davantage un changement de ton qu'une révolution dans la doctrine catholique.

Dans un livre d'entretien à paraître demain en Italie et en Allemagne, Benoît 16 admet que "dans certains cas, quand l'intention est de réduire le risque de contamination, [l'utilisation du préservatif] peut quand même être un premier pas pour ouvrir la voie à une sexualité plus humaine, vécue autrement". Après ses propos, les réactions internationales ont été nombreuses tout au long du week-end. Nombre d'entre elles saluaient l'ouverture d'une brèche dans la lutte contre le Sida.

Le Vatican précise cependant que l'usage du préservatif ne doit être qu'exceptionnel, dans le cas où la sexualité représente un risque pour la vie d'autrui. L'Eglise catholique continue ainsi de défendre des pratiques responsables et reste opposée à une vie sexuelle désordonnée. Frédéric Lenoir, philosophe spécialiste des religions, explique: "Il n'y a pas de changement dans le fond. L'Eglise reste opposée à toutes les formes de contraceptions. La chasteté et la fidélité reste pour elle des valeurs dominantes. Les propos du pape sont à placer dans un cadre sanitaire particulier, celui de la propagation du VIH, et ne prennent pas en compte la sexualité "ordinaire". Il applique simplement l'idéologie du moindre mal".

Le blog Pensées d'outre-politique estime également qu'aucun bouleversement n'est à noter dans l'idéologie catholique. La proposition papale, pédagogue et réaliste, consiste simplement à remettre la personne au centre de la sexualité. Même si Jean-Paul II s'est toujours abstenu de prononcer le mot "préservatif", l'Eglise n'a jamais préféré la contamination à la violation de la morale chrétienne. Le ton du pape, plus positif et affirmatif, vise également, et peut-être surtout les non-catholiques pour une meilleure compréhension du message global porté par l'Eglise.

Lu sur Pensées d'outre-politique

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !