Pour NKM, Ségolène Royal attend "que son ex la nomme quelque part" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
"Elle s'est construite politiquement en parallèle à François Hollande, et l’issue n’a pas été en sa faveur", estime également NKM.
"Elle s'est construite politiquement en parallèle à François Hollande, et l’issue n’a pas été en sa faveur", estime également NKM.
©Reuters

Petite phrase

Pour NKM, Ségolène Royal attend "que son ex la nomme quelque part"

La candidate à la mairie de Paris était interrogée ce matin dans Le Parisien Magazine.

Interrogée par le Parisien Magazine à l’occasion de la journée internationale de la femme, Nathalie Kosciusko-Morizet s’est montrée très critique vis-à-vis de la carrière de Ségolène Royalet des relations que cette dernière entretient désormais avec son ex compagnon François Hollande.

"Ségolène Royal en est à attendre que son ex la nomme quelque part, c’est très rude", estime la candidate à la mairie de Paris. "Elle s'est construite politiquement en parallèle à François Hollande, et l’issue n’a pas été en sa faveur", ajoute-t-elle. "Je pense qu’elle méritait mieux que ce lot de consolation incongru", a-t-elle enfin déclaré, en faisant allusion à la nomination de l'ex candidate à la présidentielle à la vice-présidence de la Banque publique d’investissement.

"Le premier trésor pour une femme, c’est son autonomie. Il ne faut jamais dépendre d’un homme, ni procéder de lui", conclut finalement l'ex porte parole de Nicolas Sarkozy.

Ce matin sur RTL, réagissant aux propos de l'ancienne ministre, la porte-parole du gouvernement Najat Vallaud-Belkacem a affirmé qu'elle remportait "la palme de la phrase la plus misogyne et la plus idiote". "Quand Mme Kosciusko-Morizet aura rassemblé 17 millions de voix sur son nom, on pourra en reparler", a rétorqué la ministre.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !