Pour Nadine Morano, Nicolas Sarkozy "a commis une faute politique majeure" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Pour Nadine Morano, Nicolas Sarkozy "a commis une faute politique majeure"
©Reuters

Contre-attaque

Pour Nadine Morano, Nicolas Sarkozy "a commis une faute politique majeure"

Invitée du JT de TF1 suite à son éviction des têtes de listes aux régionales, l'eurodéputé a déclaré que "les Français ne supportent plus cette bien-pensance qui consiste à nier ce que nous sommes".

Nadine Morano s'excuse un peu...mais n'excuse pas sa famille politique. Invitée du 20h de TF1 ce jeudi, après ses propos très polémiques sur "la France, pays de race blanche" et son éviction des régionales, la député européenne a d'abord déclaré être "profondément choquée" car "ma phrase a été manipulée". "Si des Français ont été blessés, je m'en excuse auprès d'eux", a-t-elle poursuivi. "Mais certainement pas sous la menace de me retirer un poste."

Son statut de tête de liste départementale en Meurthe-et-Moselle pour les régionales lui a en effet été retiré, mercredi soir par Les Républicains, alors que Nicolas Sarkozy avait promis la clémence si elle déclarait publiquement ses excuses. Ce qu'elle n'a pas fait.

L'ancienne ministre déléguée s'est d'ailleurs dite déçue du comportement du patron des Républicains: "Lui qui avait pourtant une liberté expression, je crois qu'il fait une faute politique majeure de ne pas laisser vivre le débat", a-t-elle estimé.

Face à la polémique suscitée par ses propos, l'ancienne secrétaire d'Etat chargée de la Famille a estimé que son franc-parler faisait sa force. "Je parle vrai, je dis les choses avec sincérité et je crois que les Français ne supportent plus cette bien-pensance qui consiste à nier ce que nous sommes et à ne pas apporter de solutions."

Elle a aussi affirmé avoir reçu "des milliers de mails" de soutien. "Beaucoup de militants et de sympathisants ont été choqués par la réaction de ma famille politique", a-t-elle lancé.

Lu sur le Figaro.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !