Pour le directeur du FBI, nous devons nous préparer à une "diaspora terroriste" venue de Syrie une fois l'EI vaincu | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Pour le directeur du FBI, nous devons nous préparer à une "diaspora terroriste" venue de Syrie une fois l'EI vaincu
©

Double effet

Pour le directeur du FBI, nous devons nous préparer à une "diaspora terroriste" venue de Syrie une fois l'EI vaincu

Plus la pression est forte sur le territoire de l'EI, plus il va lancer d'attaques à l'extérieur, selon le directeur du renseignement interne américain.

Des centaines de terroristes vont se répandre en Europe de l'Ouest et aux États-Unis pour commettre des attentats encore plus gros une fois que l'État islamique sera vaincu en Syrie, a déclaré le directeur du FBI, James Comey. 
"A un moment, il y aura une diaspora terroriste depuis la Syrie, d'une ampleur qu'on n'a jamais vue", a déclaré Comey mercredi à New York. "On a vu l'avenir de cette menace à Bruxelles et à Paris", a-t-il ajouté, précisent que les attaques à venir seront "à une autre échelle." 
Ces commentaires rejoignent le consensus des cadres du renseignement américain : pour eux, l'État islamique va essayer de frapper de plus en plus fort à l'étranger au fur et à mesure qu'il perd militairement sur son terrain syrien. Le groupe fait actuellement face à une coalition internationale soutenue par les États-Unis, la Russie et la France, entre autres. 
En juin, John Brennan, directeur de la CIA, avait déjà déclaré lors d'une audition au Sénat américain : "Selon nous, au fur et à mesure que la pression s'accentue contre l'EI, il va intensifier sa campagne mondiale de terreur pour maintenir sa prépondérance dans le monde terroriste."
Comey a rappelé qu'après la fin de la guerre en Afghanistan, qui avait mobilisé de nombreux radicaux islamiques, les terroristes étaient partis aux quatre coins du monde. "[La situation actulle] a 10 fois cette ampleur, ou plus", a-t-il ajouté. 
Lu sur Bloomberg

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !