Pour Jérôme Kerviel, les nouvelles révélations marquent "le début de l'affaire Société générale" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Faits divers
Pour Jérôme Kerviel, les nouvelles révélations marquent "le début de l'affaire Société générale"
©Reuters

Rebondissement

Pour Jérôme Kerviel, les nouvelles révélations marquent "le début de l'affaire Société générale"

Interrogé par l'Express, l'ancien trader estime que le témoignage choc de celle qui a dirigé l'enquête "fait sauter la banque en démasquant sa version officielle."

"C'est pour moi une libération." Jérôme Kerviel n'a pas caché son soulagement après la sortie dans Mediapart d'un témoignage clé, celui de Nathalie Le Roy qui a mené l'enquête et qui a déclaré s'être sentie "manipulée" par la Société générale. "C'est une bombe", assure-t-il à l'Express, "car non seulement ce témoignage fait sauter la banque en démasquant sa version officielle, mais il provient de la personne la plus au fait de l'affaire." Selon lui, c'est "la fin de l'affaire Kerviel" et le "début de l'affaire Société générale."

Désormais "en paix avec lui-même," l'ancien trader a aussi reconnu "l'acte de bravoure" de Nathalie Le Roy. "Je suis stupéfait par le courage de cette personne qui aujourd'hui trouve la force d'assumer et de dire: j'ai été trompée."

Sur France Info, l'avocat de la Société Général, Jean Veil, s'est dit "effaré" de ce témoignage "parce que c’est exactement le contraire des déclarations qu’elle a enregistrées lorsque Jérôme Kerviel a été entendu par les services de police."

La semaine dernière, une démarche judiciaire pour obtenir une révision du procès Kerviel a été lancée par son avocat. Ce nouveau témoignage est un nouvel élément que la justice pourrait prendre en compte.

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !