Pour Emmanuel Macron, l'Etat doit "reprendre à sa charge" le régime de l'Assurance chômage | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Pour Emmanuel Macron, l'Etat doit "reprendre à sa charge" le régime de l'Assurance chômage
©Reuters

Osé

Pour Emmanuel Macron, l'Etat doit "reprendre à sa charge" le régime de l'Assurance chômage

Gérée historiquement par les partenaires sociaux, l'Unedic traverse une crise majeure depuis plusieurs années.

On attendait des propositions choc de la part d'Emmanuel Macron, celle-ci y ressemble beaucoup. Mardi soir, à Montpellier, l'ancien ministre de l'Économie réunissait ses partisans pour un grand meeting, lors duquel il a lancé un véritable pavé dans la mare.  "On devrait tous pouvoir bénéficier d’une protection sociale qui nous permet de faire face aux grands risques de la vie, à commencer par celui du chômage. Ce que je crois, c’est que l’Etat, plus que les partenaires sociaux, devrait en être le garant. Car c’est bien l’Etat, dépositaire ultime de l’intérêt général, qui doit s’assurer que personne n’est laissé de côté (…) Les pouvoirs publics devraient reprendre à leur charge la stratégie et les décisions relatives à l’Unedic."

Mine de rien, ce serait un bouleversement pour l'Assurance chômage, gérée par les partenaires sociaux (syndicats de salariés et patronat) depuis 1958. En échange, Emmanuel Macron veut donner davantage de pouvoir aux syndicats en leur laissant la main sur la gestion des branches et des entreprises. "Renvoyons à la négociation d'entreprise sur tous les sujets fondamentaux qui font les relations de travail."

L'Unedic traverse une crise majeure depuis plusieurs années. Le déficit devrait atteindre 41,4 milliards d'euros en 2019, selon l'organisme. 

Lu sur Le Parisien

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !