Pour ce manuel d'histoire de Terminale, la laïcité "suppose aussi le refus de toute expression religieuse dans l'espace public" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Pour ce manuel d'histoire de Terminale, la laïcité "suppose aussi le refus de toute expression religieuse dans l'espace public"
©FSU 91 / Twitter

Da

Pour ce manuel d'histoire de Terminale, la laïcité "suppose aussi le refus de toute expression religieuse dans l'espace public"

L'éditeur a présenté ses excuses et promis de corriger.

Dans un manuel d'histoire pour les Terminales des éditions Hatier, datant de 2014, figure une définition très inexacte ud principe de laïcité. En effet, dans une liste de définitions, le manuel dit : "Laïcité : Principe de séparation des Églises et de l'État. En France, la laïcité suppose aussi le refus de toute expression religieuse dans l'espace public." Ce qui est évidemment faux, en tous les cas en l'état des principes généraux du droit français, même si certains se revendiquent de cette laïcité. Depuis 2014, personne n'avait remarqué l'erreur. 

C'est le syndicat FSU de l'Essonne qui a pour la première fois lancé l'alerte sur Twitter. L'Observatoire de la laïcité a ensuite vite réagi et envoyé un courrier aux éditions Hatier. "Si la liberté d'expresison des appartenances religieuses peut être limitée dans des conditions définies par la loi (ordre public, sécurité, hygiène, etc.), l'interdiction de toute expression religieuse dans l'espace public est, en revanche, contraire au principe constitutionnel de laïcité. [...] La laïcité garantit aux croyants et aux non-croyants le même droit à la liberté d'expression de leurs convictions." 

Les éditions Hatier ont présenté des excuses dans une lettre et promettent de mettre à jour le manuel. Y figurera donc une définition plus sobre et plus exacte : "Laïcité : principe de séparation des Églises et de l'État. La laïcité garantit la liberté de conscience. Chacun est libre de croire ou de ne pas croire dans le respect de l'ordre public."

Lu sur Europe 1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !