Pour Alain Juppé, un Nicolas Sarkozy candidat et président de parti pose un "problème moral et éthique" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Pour Alain Juppé, un Nicolas Sarkozy candidat et président de parti pose un "problème moral et éthique"
©Reuters

C'est dit

Pour Alain Juppé, un Nicolas Sarkozy candidat et président de parti pose un "problème moral et éthique"

Invité de France Info, le maire de Bordeaux a estimé qu’il fallait éviter les "pratiques du passé où on confondait les choses entre les campagnes électorales et le financement du parti".

La question revient régulièrement dans la bouche des rivaux de Nicolas Sarkozy à la primaire de droite. Est-ce normal que l’ancien chef de l’Etat fasse campagne pour la primaire sans être officiellement candidat et tout en restant chef des Républicains ?

En privé et désormais en public, cette double-casquette agace passablement ses concurrents. Ce vendredi matin, interrogé sur la question par France Info, Alain Juppé a encore enfoncé le clou. "Ce n'est pas un problème juridique, c'est un problème éthique et moral" a-t-il lancé. Estimant que la candidature de Nicolas Sarkozy est "un secret de Polichinelle", le maire de Bordeaux a averti : "Ne reprenons pas certaines pratiques du passé, où on confondait un peu les choses entre les campagnes électorales et le financement du parti". Jeudi, Nicolas Sarkozy a indiqué qu'il n'entendait pas modifier son calendrier.

Concernant la concurrence qui s'annonce entre les deux candidats et ses chances de victoire, Alain Juppé a souligné qu’il avait "beaucoup travaillé depuis des mois et des mois" pour proposer un programme dans cette campagne. "Au-delà d'un projet, les Français attendent une espérance et le retour de la confiance" a-t-il jugé.

LIRE AUSSI : Une primaire sans vainqueur légitime ? Et si la droite fonçait vers le scénario noir de deux candidats à quasi égalité ?

Lu sur France Info

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !