Popularité : la baisse d'Emmanuel Macron continue | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Popularité : la baisse d'Emmanuel Macron continue
©PHILIPPE WOJAZER / POOL / AFP

Monsieur 4%

Popularité : la baisse d'Emmanuel Macron continue

La popularité du président de la République s'établit en décembre à 23% de satisfaits, selon un sondage Ifop publié par Le Journal du Dimanche.

Les mois se suivent et se ressemblent côté sondages pour le président de la République. Depuis avril, il n'est jamais parvenu à regagner des points dans l'opinion, se stabilisant simplement en octobre. Il accuse une nouvelle baisse de deux points de sa popularité entre novembre et décembre, dans le baromètre mensuel Ifop pour Le Journal du Dimanche. Le pourcentage de sondés qui se déclarent "satisfaits" d'Emmanuel Macron passe de 25 à 23% tandis que celui des "mécontents" augmente inversement de 73 à 76%. 1% des sondés ne se prononcent pas.

Le pourcentage des sondés se disant "très satisfaits" reste stable à 4%, et celui des "plutôt satisfaits" décline de 21 à 19%, mais par contre le nombre de "très mécontents"s'envole à 45% contre 39% le mois dernier. De ce fait, les "plutôt mécontents" sont moins nombreux qu'en novembre (31% contre 34%).

Ce n'est pas un record - à la même période de son mandat, François Hollande avait une cote de 22%, selon ce baromètre - mais cela reste très bas : Nicolas Sarkozy comptait au même moment de son mandat 44% de sondés "satisfaits". Au total, Emmanuel Macron a perdu 27 points sur la seule année 2018. 

Le Premier ministre Edouard Philippe perd quant à lui 3 points en décembre, recueillant 31% d'opinions favorables. Les "satisfaits" sont 31% contre 34% en novembre dernier et les "mécontents" passent de 62 à 66%.

Le JDD

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !