Pologne : Lech Walesa critique vivement les conservateurs au pouvoir et invite à organiser un referendum | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
L'ancien président polonais a encore de l'influence.
L'ancien président polonais a encore de l'influence.
©Reuters

Coup de gueule

Pologne : Lech Walesa critique vivement les conservateurs au pouvoir et invite à organiser un referendum

Le parti Droit et Justice (PiS) a adopté une loi qui mettrait à mal la séparation des pouvoirs.

L'ancien président polonais Lech Walesa donne de la voix. Il critique vivement l'adoption par les conservateurs du parti Droit et Justice (PiS) d'une loi sur le Tribunal constitutionnel qui, selon lui, mettrait à mal la séparation des pouvoirs.

Bien que retiré de la vie politique, l'homme de 72 ans  a toujours de l'influence sur l'opinion publique. "Ce gouvernement agit contre la Pologne, contre nos acquis, contre la liberté, contre la démocratie. Sans même dire qu'il nous ridiculise dans le monde. J'ai honte de voyager à l'étranger", a déclaré l'ancien leader de Solidarnosc.

"On devrait envisager de s'organiser, de faire pression pour qu'il y ait un référendum, et montrer par ce référendum que les deux tiers des gens s'opposent à une telle façon de gouverner, et ainsi écourter la mandature (du parlement élu)", a-t-il ajouté.

L'opposition libérale et la Cours suprême estiment que cette nouvelle loi – adoptée ce mardi par 235 députés contre 181 et 4 abstentions – pourra paralyser l'activité du Tribunal constitutionnel. De son côté, le PiS prétexte une volonté de faciliter les réformes.

Quelques jours auparavant, Lech Walesa avait déjà mis en garde les conservateurs contre le risque de "guerre civile" en Pologne. Le PiS  "viole la loi, alors la nation doit aussi violer la loi et les mettre à la porte", avait-il lâché.

Lu sur Romandie.com

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !