Pologne : le président du Parlement européen dénonce "un coup d'Etat" du nouveau gouvernement polonais | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Pologne : le président du Parlement européen dénonce "un coup d'Etat" du nouveau gouvernement polonais
©

Opposition

Pologne : le président du Parlement européen dénonce "un coup d'Etat" du nouveau gouvernement polonais

L'allemand Martin Schulz n'a pas mâché ses mots alors que le nouveau pouvoir conservateur à Varsovie tente de concentrer tous les pouvoirs.

Récemment élu, le parti conservateur polonais s'est attiré les foudres du président (gauche) du Parlement européen, l'allemand Martin Schulz. "Ce qui se passe en Pologne a le caractère d'un coup d'Etat et est dramatique. Je pars du principe que nous allons en discuter en détail cette semaine au Parlement européen, ou au plus tard au cours de la session de janvier" a-t-il expliqué sur une radio allemande. La Première ministre polonaise Beata Szydlo a immédiatement réclamé des excuses. "Ce genre de déclarations - et ce n'est pas la première fois que les déclarations du président Schulz prennent ce ton et ce caractère – concernant la Pologne et les affaires polonaises, sont inacceptables pour moi", a-t-elle affirmé. 
Depuis un mois, le parti conservateur usa pouvoir et dirigé par Jaroslaw Kaczynski, tente de discréditer le Tribunal constitutionnel, la plus haute autorité judicaire du pays, l'accusant "d'abus." En creux, le Tribunal est menacé d'être contrôlé par les partis successifs au pouvoir qui tentent d'y installer des juges favorables à leurs idées. "Nous avons gagné les élections mais on nous refuse le droit de faire des lois, de reconstruire la Pologne", s'était plaint Jaroslaw Kaczynski qui n'a aucun poste au gouvernement mais qui reste le maître à penser des dirigeants actuels. Les camps libéraux et conservateurs s'opposent désormais par voie de manifestations dans les rues de Varsovie. 
Lu sur RFI

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !