Polémique avant l'université d'été du PS : le parti emploie des salariés roumains qui coûtent moins cher | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Dix salariés roumains ont été employés de ce mercredi à lundi 31 août.
Dix salariés roumains ont été employés de ce mercredi à lundi 31 août.
©REUTERS/Stephane Mahe

Légal, mais ça la fout mal

Polémique avant l'université d'été du PS : le parti emploie des salariés roumains qui coûtent moins cher

Une partie de l'organisation de l'université d'été du PS à La Rochelle a été cette année sous-traitée à une entreprise roumaine. Dix salariés roumains sont employés depuis mercredi et jusqu'à lundi pour la mise en place du mobilier et le nettoyage.

A quelques jours de l'ouverture de l'université d'été du PS à La Rochelle, voici une polémique dont le gouvernement de François Hollande se serait bien passé. Selon une information de France Bleu, dix salariés roumains ont été employés de ce mercredi à lundi 31 août. Ils ont en charge l'installation et le démontage du mobilier ainsi que le nettoyage du site. 

Rien de très choquant pour certains. Mais, les conditions de travail de ces salariés sont les mêmes que celles des Français, mais leurs cotisations sociales sont celles de la Roumanie. Ils coûtent donc moins cher. Une situation légale, mais qui pose donc problème sur le principe. Notamment parce que, le 26 juin 2014, une loi avait été adoptée pour renforcer les contrôles et les sanctions contre les entreprises ayant recours à des travailleurs détachés.

Cependant, il est fort probable que le Parti socialiste n'ait pas eu vent de cette affaire. En effet, pour l'organisation de cet événement est gérée par l'entreprise GL Events, basée à Lyon. Cette dernière a sous-traité à une entreprise roumaine, Trepte Events. Dans un communiqué, le Parti socialiste confirme n'avoir eu vent de cette affaire que par voie de presse. Après avoir reçu confirmation que ces salariés étaient bien en situation de détachement, la Rue de Solférino a "exigé du prestataire qu’il rompe son contrat avec ce sous-traitant, ce qui a été fait dans la matinée de ce jeudi".

 

 

Lu sur France Bleu

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !