PMI : La France reste le boulet de la reprise économique européenne | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Pour le mois d’avril, c’est la quasi-stagnation en France avec un chiffre de 50.2 contre 51.5 en mars.
Pour le mois d’avril, c’est la quasi-stagnation en France avec un chiffre de 50.2 contre 51.5 en mars.
©Reuters

À la traîne

PMI : La France reste le boulet de la reprise économique européenne

Alors que la situation grecque reste anxiogène pour les entreprises européennes, le cas particulier de la France continue d’inquiéter au sein de la zone euro. En effet, avec un chiffre de 50.2, le pays reste la lanterne rouge du continent européen.

C’est une nouvelle déception pour le gouvernement français ; l’embellie économique tant annoncée depuis le début de l’année tarde à se matérialiser dans le pays, et ce, malgré un climat relativement plus favorable au sein de la zone euro. C’est ce que traduisent les dernières publications mensuelles des indices des directeurs d’achat, les PMI, par Markit.

Pour le mois d’avril, c’est la quasi-stagnation en France avec un chiffre de 50.2 contre 51.5 en mars, et marque ainsi un ralentissement d’une activité déjà peu dynamique. Le seuil de 50 points étant la frontière entre récession est expansion économique. Pour le même mois d’avril, la situation européenne reste pourtant positive à 53.5. Cependant, ce niveau signale un léger fléchissement par rapport au chiffre de 54, du mois de mars dernier.

Pour Markit, ce ralentissement économique européen a une cause ; la Grèce : "Souvent préoccupés par la situation en Grèce, les entreprises et leurs clients semblent réfractaires à toute prise de risques, ce qui pourrait expliquer la baisse de la demande."

Une situation qui touche principalement l’Allemagne et la France : "Si les taux d'expansion fléchissent en Allemagne et en France, le reste de la région enregistre sa plus forte croissance depuis août 2007, le volume des nouvelles affaires et l'emploi affichant également leur plus forte progression depuis le début du deuxième semestre 2007."

La France occupe donc, une nouvelle fois, le dernier rang de l’économie de la zone euro, ce qui préoccupe les économistes de Markit, dont ici Chris Williamson : "Les mauvaises performances de la France semblent refléter un malaise plus profond. Après un début d'année prometteur, l’économie française montre en effet peu de signes d'amélioration."

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !