Pisani-Ferry : "Ce serait paradoxal de demander la suppression des 35h" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Jean Pisani-Ferry était l'invité d'Europe 1
Jean Pisani-Ferry était l'invité d'Europe 1
©

Réformes

Pisani-Ferry : "Ce serait paradoxal de demander la suppression des 35h"

Au lendemain du rendu de leur rapport économique, Jean Pisani-Ferry et Henrik Enderlein sont revenus en détails sur son contenu dans la matinale d'Europe 1.

"Nous sommes en situation d'urgence" a déclaré d'emblée l'économiste Jean Pisani-Ferry au micro d'Europe 1. "La croissance en Europe, ça fait longtemps qu'elle est trop faible" a-t-il ensuite confirmé.

Plusieurs thématiques sont concernées par le rapport choc rendu jeudi 27 novembre, notamment celle des 35h. "Ce serait paradoxal de demander leur suppression en France alors qu'en Allemagne 20% de l'économie est au 35h" souligne-t-il. Même constatation concernant le smic : "La suppression du smic serait elle aussi paradoxale. L'Allemagne vient de rejoindre le modèle français en introduisant un salaire minimum. Mais, il faut l'indexer sur la productivité."

Eviter une augmentation des salaires du privé, c'est aussi la recommandation des économistes. "On ne peut pas augmenter les salaires plus vite que les progrès de l'économie."

Enfin, il s'agit surtout "de rendre le CDI plus attractif pour les chefs d'entreprise en rendant plus claires, plus certaines, plus prévisibles les conditions du licenciement. Et il faut que le CDD devienne moins facile" explique Jean Pisani-Ferry.  "On peut sauver le modèle social à condition de le faire vivre avec une économie et une société qui changent" lance-t-il encore.

Les ministres français et allemands ont déjà pris leurs distances, évoquant surtout un document de travail. "Ce qu'il faut maintenant, c'est commencer un débat qui va durer deux ou trois mois" affirme Henrik Enderlein. "Mettons-nous au travail !" conclut-il.

Lu sur Europe 1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !