Piratage de Sony : WikiLeaks met en ligne les données volées | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Le fondateur de WikiLeaks
Le fondateur de WikiLeaks
©Reuters

A portée de tous

Piratage de Sony : WikiLeaks met en ligne les données volées

L'association de Julian Assange publie ainsi plus de 30 000 documents sur l'entreprise.

WikiLeaks refait parler d'elle. Jeudi dernier, l'association fondée par Julian Assange a mis en ligne plus de 30 000 documents et plus de 170 000 emails issus du piratage de Sony, affirme Le Monde.

"Ces archives dévoilent le fonctionnement interne d’une entreprise multinationale influente", a ainsi déclaré l'Australien, coincé depuis 2012 à l'Ambassade d'Equateur à Londres. "Cela comporte un intérêt journalistique et c’est au centre d’un conflit géopolitique."

Ces données ont été publiées auparavant mais la spécificité des actions de WikiLeaks est de proposer des outils de recherche très simple pour le grand public. "Le travail connu de Sony est de produire des divertissements. Mais les archives montrent qu’en coulisses, c’est une société influente, ayant des liens avec la Maison Blanche, avec une capacité d’influer sur les lois et les politiques, et avec des liens avec le complexe militaro-industriel américain" affirme WikiLeaks.

De son côté, Sony Pictures a formellement condamné cette mise en ligne. "La cyberattaque contre Sony Pictures était un acte criminel malveillant et nous condamnons fermement l’indexation par Wikileaks d’informations volées sur des employés et d’autres informations privées."

Selon les autorités américaines, la Corée du Nord était à l'origine du vol de données. La révélation de certains emails a contraint sa présidente de l'époque a démissionner en février dernier.

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !